Dans son dernier entretien avec Le Soleil, Corinne Lagarde Lesage (ici en 2013) avait avoué n’avoir jamais été fanatique de politique.

La femme de Jean Lesage s'est éteinte

Corinne Lagarde Lesage, femme de l’ex-premier ministre du Québec Jean Lesage, s’est éteinte le 24 mars à l’âge de 105 ans à la Maison Legault, le centre d’hébergement et de soins de longue durée où elle résidait.

La famille a annoncé qu’elle recevrait les condoléances le samedi 5 mai, de 12h à 15h, au Centre funéraire Saint-Charles de la Coopérative funéraire des Deux Rives. L’inhumation des cendres aura lieu ultérieurement au cimetière Notre-Dame-de-Belmont. Mme Lagarde Lesage était la mère de quatre enfants, dont trois toujours vivants, la grand-mère de huit petits-enfants, dont sept toujours vivants, et l’arrière-grand-mère de dix arrière-petits-enfants.

Comme Mme Lagarde Lesage le rappelait dans un entretien avec la journaliste Mylène Moisan du Soleil à l’occasion de son 100e anniversaire en 2013, c’est le second mari de sa mère qui avait recruté Jean Lesage au Parti libéral du Canada en 1937. C’est là que le couple s’était connu, se mariant l’année suivante à Saint-Raymond, et leur premier enfant voyant le jour en 1939. En 1945, Jean Lesage est devenu député fédéral de Montmagny-L’Islet, un poste qu’il a occupé jusqu’en 1958 alors qu’il a été élu chef du Parti libéral du Québec.

Élu 19e premier ministre du Québec en juin 1960, il a mis fin à 16 ans de règne de l’Union nationale, initiant une période de changements aujourd’hui connus sous le nom de «Révolution tranquille». Battu en 1966, il a passé quatre ans dans l’opposition avant de retourner à la pratique du droit et de siéger à plusieurs conseils d’administration, dont celui des Nordiques de Québec qu’il a présidé en 1972. Il est décédé à l’âge de 68 ans en 1980. 

Dans son dernier entretien avec Le Soleil, Corinne Lagarde Lesage avait avoué n’avoir jamais été fanatique de politique. «Je n’étais pas pâmée par la politique. Ce n’était pas drôle. C’était difficile. C’était une vie de famille brisée», avait-elle affirmé à propos de l’absence de son mari et du fait qu’elle ait dû élever ses enfants seule. Celle qui rêvait de faire une carrière de chanteuse avait aussi dû mettre une croix sur ce projet en raison de la carrière politique de son mari. La jeune Corinne avait en effet fait un peu de radio et donné quelques concerts, mais son mari n’aurait pas vraiment été intéressé de voir sa femme mener de front une carrière artistique. «La musique, ça ne disait rien à mon mari», avait-elle également affirmé.