Ce projet contribuera à la création de 30 nouveaux emplois et au maintien de 241 postes de l’usine de Brompton.

Kruger injecte 16,4 M$ de plus à Brompton

Les investissements se succèdent du côté de Kruger dans le secteur Brompton à Sherbrooke.

Cette fois, l’entreprise y va d’une annonce de 16,4 millions $ pour produire un papier destiné à l’emballage de produits alimentaires.

À lire aussi: Kruger : une pelletée de 575 M$

Ce projet contribuera à la création de 30 nouveaux emplois et au maintien de 241 postes de l’usine de Brompton, mentionne le vice-président, exploitation, papiers pour publications et papiers de spécialité, Stéphane Lamoureux.

Le projet servira à établir des installations à la fine pointe de la technologie à Brompton où sera produit le tout premier papier 100 % recyclé et biodégradable, approuvé pour être en contact direct avec la nourriture. Les restaurants pourraient par exemple l’utiliser pour emballer des hamburgers.

« Nous devenons le plus important recycleur de fibres au Canada », lance-t-il, en entrevue accordée à La Tribune.

« Nous aurons besoin de 100 000 tonnes par année, c’est trois fois ce que nous pouvons trouver dans la région. Nous devrons aller la chercher à l’extérieur. »

On se félicite chez Kruger de faire le saut dans l’économie circulaire. Il permettra par ailleurs de générer de nouvelles occasions, de faciliter l’accès à de nouveaux marchés, de réduire la quantité de déchets envoyée au dépotoir.

Si on ajoute des projets aussi annoncés pour les installations de Kruger à Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador, les investissements totaux se chiffrent à 27,5 millions de dollars. 

Ottawa participe

La ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, a annoncé, au nom du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, un investissement de 13,8 millions de dollars pour la réalisation de travaux.

« Kruger déploiera des efforts ici même, à Sherbrooke, afin de mettre au point un produit unique qui nous permettra de transporter nos aliments de façon sécuritaire, sans nuire à l’environnement. Cela témoigne du dur labeur, de l’engagement et de l’inventivité de nos travailleurs locaux », dit-elle.

« Grâce au soutien du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds stratégique pour l’innovation, ces investissements auront des retombées positives à long terme », a souligné M. Lamoureux.

« L’offre de débouchés pour une expansion future dans les marchés en croissance, la création d’emplois ainsi que le maintien de centaines d’autres, et la réduction considérable de notre empreinte carbone. Nous sommes très fiers d’investir dans l’économie circulaire du Canada. »

Les approches vers des clients potentiels, comme des chaînes d’épicerie ou de restauration rapide ont eu lieu à partir de l’an dernier, dit-il. La production du nouveau papier est en marche, mais les investissements permettront d’augmenter les quantités de façon importante, ajoute Stéphane Lamoureux.

Rappelons qu’à la mi-mai, Kruger a officiellement lancé le chantier d’une nouvelle usine, qui utilisera la technologie de séchage à air traversant — la technologie la plus avancée du domaine du papier tissu. Elle requiert un investissement de 575 millions de dollars et créera 180 nouveaux emplois.

Marie-Claude Bibeau