Kathy Lebrun-Gagnon

Kathy Lebrun-Gagnon forcée de rembourser son ancien employeur

Coupable de fraude, Kathy Lebrun-Gagnon a été forcée de rembourser son ancien employeur.

Celle qui occupait le poste de directrice commerciale chez Occasion Beaucage lorsqu’elle a commis les crimes de fraude a reçu sa peine, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.

À LIRE AUSSI: Un mandat d'arrestation vite annulé contre Kathy Lebrun-Gagnon

Cause Lebrun-Gagnon : la défense invoque un contexte

Elle a dû rembourser 6600 $, soit 2600 $ à Occasion Beaucage et 4000 $ à Services financiers Leblanc, dans le cadre de la sentence suspendue qui lui a été imposée. Elle devra aussi effectuer 240 heures de travaux communautaires.

Au cours des deux prochaines années, elle sera soumise à une série de conditions dans le cadre d’une probation. Elle ne pourra notamment pas avoir en sa possession de documents bancaires qui ne sont pas libellés à son nom.

Accusée de fabrication de faux documents, Kathy Lebrun-Gagnon a reconnu les accusations portées contre elle après des discussions entre son avocat Me Jean Leblanc et la procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux.

La femme d’Orford a reconnu avoir fait de faux documents d’assurances vie et invalidité, de faux contrats de burinage, de faux contrats de garantie de remplacement, de faux contrats de garantie mécaniques ou d’assurances automobiles auprès de clients qui venaient de se procurer des véhicules d’occasion entre décembre 2015 et mai 2016.

L’objectif de l’accusée était vraisemblablement de toucher des commissions sur les produits qu’elle vendait aux clients en fabriquant de faux contrats. Elle aurait touché environ 16 000 $ en commissions auxquelles elle n’avait pas droit en 2016.

Kathy Lebrun-Gagnon a quitté ses fonctions chez Occasion Beaucage au printemps 2016.

Un mandat d’arrestation avait été lancé contre elle en avant-midi par le juge Dunnigan étant donné qu’elle n’était pas présente au palais de justice de Sherbrooke pour recevoir sa peine.

Elle s’est cependant présentée en après-midi. L’avocate de la défense Me Mélissa Gilbert a obtenu l’annulation du mandat d’arrestation avant que l’accusée puisse recevoir sa peine et mettre fin aux procédures judiciaires qui pesaient contre elle depuis près de trois ans.