Intoxication mortelle à La Baie: quatre ambulanciers aussi incommodés

Le cas d’intoxication au monoxyde de carbone qui a coûté la vie à un homme de 69 ans jeudi à La Baie a aussi forcé le transport de quatre ambulanciers au centre hospitalier, en plus des trois policiers et de la femme de la victime tel que rapporté vendredi matin dans les pages du Quotidien.

Si la cause de cette fuite de gaz mortelle n’est toujours pas élucidée avec certitude par les enquêteurs du Service de police de Saguenay (SPS) vendredi, on apprend que les quatre employés d’Ambulance Chicoutimi qui sont intervenus jeudi dans une résidence du boulevard Grande-Baie Nord ont eux aussi pris la direction de l’hôpital de La Baie jeudi soir. 

Tout comme la conjointe de la victime ainsi qu’un policier du SPS, un des ambulanciers a également été transporté dans la région de Québec pour y être soigné.

«Après l’intervention (les ambulanciers) sont allés consulter par mesure préventive et l’un d’eux a été transporté à Québec pour des traitements en chambre hyperbare», indique le directeur d’Ambulances Chicoutimi, Hugues Lavoie. Ce dernier précise que ses quatre employés sont en pleine forme ce matin.

Du côté du SPS, l’agent responsable des communications, Dominic Gagnon, indique que les deux policiers qui étaient en observation ont reçu leur congé de l’hôpital au cours de la nuit de jeudi à vendredi. L’état de santé de la femme de la victime est toujours incertain pour l’instant, et les enquêteurs doivent toujours la rencontrer pour tenter de savoir ce qui a pu mener à la fuite de CO. 

L’enquête policière se poursuit vendredi et un coroner se penchera sur le dossier pour déterminer la cause exacte du décès de l’homme de 69 ans. La thèse principale veut que l’un des véhicules qui se trouvaient dans le garage fermé ait été en marche. À l’arrivée des secours, les moteurs étaient toutefois éteints. Le geste volontaire et la thèse criminelle sont écartés.

Gaz mortel 

Les fuites de monoxyde de carbone sont extrêmement dangereuses puisque ce gaz est inodore, incolore et donc impossible à détecter sans la présence d’un détecteur prévu à cet effet. 

«Le monoxyde est un gaz inodore et incolore extrêmement dangereux pour l’humain. Les gens vont commencer à être intoxiqués, ça peut aller des étourdissements, au mal de coeur, jusqu’au décès. Une fuite, ça peut provenir de tout ce qui a une flamme. Tout ce qui a une combustion peut être une source de CO. Le seul moyen de se protéger, c’est de s’équiper d’un détecteur de monoxyde de carbone», explique Jimmy Blackburn, lieutenant inspecteur enquêteur au Service de sécurité incendie de Saguenay. 

Les pompiers qui sont intervenus jeudi étaient d’ailleurs équipés d’appareils respiratoires et de détecteurs pour mesurer le taux de monoxyde dans l’air.