Le directeur général d’Ubisoft Saguenay, Jimmy Boulianne, a présenté une conférence sur le cloud gaming devant une cinquantaine d’étudiants, vendredi après-midi.

Incursion dans le cloud gaming avec Ubisoft

Le cloud gaming est en pleine ascension et selon Jimmy Boulianne, directeur général d’Ubisoft, la compagnie est bien au fait des défis à relever.

M. Boulianne donnait une conférence à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), vendredi après-midi, sur les défis et les enjeux posés par le cloud gaming, cette nouvelle façon de développer et de consommer des jeux vidéo. Devant une cinquantaine d’étudiants de l’UQAC, celui qui travaille chez Ubisoft depuis plus de 16 ans explique que le cloud gaming, « jeu en nuage » en français, est un changement important pour l’industrie du jeu vidéo.

« C’est une nouvelle façon d’avoir le jeu qui est entièrement dans le nuage, donc il n’y a rien à installer, rien à acheter au préalable, ce qui permet à plus de joueurs d’avoir accès à nos jeux facilement, de partout, énumère M. Boulianne. Donc, c’est comme si on prenait un jeu qui tourne aujourd’hui sur un téléphone ou sur la plateforme que vous avez à la maison pour jouer à des jeux vidéo, puis on prend ce jeu-là et on le déporte dans le nuage au complet. Avec le streaming (diffusion en continu), ça permet d’avoir une expérience de jeu interactive, adéquate et beaucoup plus accessible. »

Le projet du cloud gaming est en développement depuis plusieurs années, mais il est de plus en plus disponible. Ce mode de jeu multiplateforme amène plusieurs avantages aux joueurs, mais aussi plusieurs défis aux développeurs. « [Il faut] s’assurer que l’expérience de jeu qu’on fait ou les nouvelles expériences qu’on rend disponibles sont bien adaptées à la réalité d’Internet, [où] chacun a sa connexion. On veut s’assurer d’avoir une expérience de jeu optimale, tout en sachant que chacun est connecté différemment. Ça ne prend pas de matériel pour jouer, mais ça prend quand même une bonne connexion soutenue, [alors] ça fait partie des enjeux, mais ça nous permet d’en donner beaucoup plus aux joueurs, donc donner beaucoup plus de possibilités à nos créateurs pour créer des expériences qui sont assez différentes pour que ça nous amène ailleurs. »

Jimmy Boulianne affirme que le cloud gaming est au coeur du travail du studio d’Ubisoft Saguenay, qui se concentre sur les projets en ligne. Le « jeu en nuage » est donc l’occasion pour les développeurs de participer à des projets qui font partie de la « prochaine étape » et qui nécessiteront des technologies futures. « [C’est] un changement tellement majeur que ça va nous positionner comme un contributeur important au niveau du cloud gaming. C’est difficile de demander mieux comme contexte pour créer des nouvelles équipes et contribuer au succès des jeux à venir. »

Google ayant récemment lancé sa plateforme de jeux vidéo, Stadia, Le Progrès a demandé à Jimmy Boulianne si les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) pourraient avoir un impact sur l’industrie, semblable à celui qu’ils ont eu sur les mondes médiatique et culturel. D’ailleurs, Amazon évalue aussi la possibilité de se lancer dans le cloud gaming.

M. Boulianne explique que les créateurs de contenu, comme Ubisoft, sont simultanément en coopération et compétition avec les GAFAM, puisqu’ils leur permettent de distribuer des jeux à grande échelle, sans toutefois avoir un accès libre au contenu créatif.

Il ajoute que si les GAFAM sont géants aujourd’hui, c’est parce qu’ils offrent aux consommateurs des plateformes de consommation qui les rejoignent. « C’est un choix personnel. Ultimement, c’est le consommateur qui décide », s’est-il contenté de commenter.