En point de presse à l’hôtel de ville de Magog mercredi, le directeur du service de protection incendie de la Ville de Magog, Sylvain Arteau, a reconnu que l’hypothèse formulée par plusieurs personnes, le jour du sinistre, était tout à fait fondée : un poteau supportant un transformateur a cédé et entraîné l’incendie. La chute du poteau serait attribuable à de forts vents.

Incendie au centre-ville de Magog : un poteau électrique montré du doigt

MAGOG — Le service de protection contre les incendies de la Ville de Magog en vient à la conclusion que la chute d’un poteau électrique appartenant à la compagnie Bell Canada a causé l’incendie qui a détruit trois immeubles et endommagé un quatrième édifice mardi à Magog.

En point de presse à l’hôtel de ville de Magog mercredi, le directeur du service de protection incendie de la Ville de Magog, Sylvain Arteau, a reconnu que l’hypothèse formulée par plusieurs personnes, le jour du sinistre, était tout à fait fondée : un poteau supportant un transformateur a cédé et entraîné l’incendie. La chute du poteau serait attribuable à de forts vents.

Lire aussi: Il sera difficile de trouver la cause

Les vents, qui ont soufflé jusqu’à 80 km/h durant la nuit, auraient d’ailleurs provoqué une propagation rapide des flammes.

Si la chute du poteau paraît clairement en cause, M. Arteau a admis qu’il était trop tôt pour détailler la chaîne des événements subséquents ayant conduit au brasier. Ainsi, y a-t-il eu court-circuit ou embrasement immédiat? L’enquête permettra peut-être de le déterminer, mais il est possible qu’on n’en sache jamais plus parce que trois des immeubles incendiés ont été complètement rasés.

Par ailleurs, le directeur adjoint aux opérations du service incendie de la Ville de Sherbrooke, Daniel Gingras, a révélé qu’un pompier en provenance de Sherbrooke a fait une chute de trois étages en combattant les flammes.

Le pompier a été transporté à l’hôpital pour une sévère commotion cérébrale. Il ne pourra revenir au travail avant plusieurs mois. « Il a probablement été chanceux. Mais il portait ses équipements de protection. Ça l’a aidé », a confié Daniel Gingras, en évitant de remettre en question le déroulement de l’intervention.

Sylvain Arteau

Retour à la normale

Mercredi à midi, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, s’attendait à ce que le courant soit rétabli partout dans sa ville au cours de la journée. Mais elle a précisé qu’un petit groupe d’abonnés de Bell et de Cogeco resteraient sans doute privés de service téléphonique, offert par la voie terrestre, jusqu’à jeudi.

Quant à la rue Principale, elle était toujours partiellement fermée mercredi. La Ville prévoyait qu’elle serait entièrement rouverte à la circulation jeudi.

Mme Hamm a profité de la conférence de presse de mercredi pour révéler qu’un total de six commerces et 15 logements ont disparu en raison du brasier dévastateur, lequel a forcé les pompiers de Magog à enclencher l’une des plus importantes interventions de leur histoire.

La mairesse de Magog a aussi annoncé qu’une réception civique sera bientôt organisée en l’honneur de William Thériault-Venne et de Sofyanna Brown afin de saluer la « bravoure et la vigilance » qu’ils ont démontrées lors de l’incendie. « Ils ont sauvé une dizaine de personnes en alertant leurs voisins », a-t-elle affirmé.

En ce qui concerne l’aide aux sinistrés, la mairesse a invité le public à contacter la Banque alimentaire Memphrémagog, Le Cœur sur la main, le Comptoir familial de Magog de même que l’Office municipal d’habitation de Magog pour fournir un coup de main aux personnes qui ont été les plus durement touchées par le sinistre.

Pour leur part, les Cantonniers midgets AAA récolteront des denrées non périssables et des dons en argent samedi à l’occasion d’un match en après-midi à l’aréna de la ville.