Un homme a avoué à la police qu’il donnait de la marijuana à ses amis, s’incriminant ainsi de trafic de drogues.

Il s’incrimine de trafic de cannabis

Un homme de Chicoutimi s’est incriminé de trafic de drogue après avoir été arrêté par les policiers pour un phare qui était brûlé sur sa voiture.

Le 14 juillet 2017, Stéphane Gagnon, âgé d’une quarantaine d’années, circule dans son véhicule quand les policiers l’interceptent pour une banalité, un feu qui ne fonctionne plus sur sa voiture. Les agents détectent sur lui des résidus de cannabis et procèdent à une fouille de son véhicule. Ils y trouveront une once de marijuana.

Interrogé ensuite par les policiers, « un processus qu’il a trouvé intimidant », confiera son avocate Justine Guay-Langevin lors du court procès qui a eu lieu, mardi, au Palais de justice de Chicoutimi, Stéphane Gagnon affirme candidement qu’il en donne parfois à ses amis.

Cette déclaration constitue un aveu de possession de drogue en vue d’en faire le trafic, chef d’accusation auquel Gagnon a plaidé coupable mardi. L’avocate de la Couronne, Nicole Ouellet, a précisé que « contrairement à la pensée populaire », donner du cannabis à ses amis constitue un acte illégal.

Et même si la consommation du cannabis est devenue légale depuis le mois de novembre dernier sous certaines conditions, le trafic, lui, demeure toujours illégal.

Travaux communautaires

Le juge Pierre Lortie, devant le plaidoyer de culpabilité et la suggestion commune des avocats, a donné une sentence de 75 heures de travaux communautaires que Gagnon devra réaliser dans les huit prochains mois. Il est aussi contraint de respecter certaines conditions pendant une période de probation de 12 mois. Il devra notamment garder la paix et garder une bonne conduite pendant la prochaine année. Celui qui s’est incriminé lors de son interrogatoire ne possède pas d’antécédents judiciaires et travaille au même endroit depuis 16 ans.

La drogue qui avait été confisquée le jour de l’arrestation de Stéphane Gagnon sera détruite. L’argent qui avait été saisi, une centaine de dollars, lui sera remis.