L'homme s'est rendu aux policiers vers 10h15 mercredi matin.

Il se rend sans résistance

Après près de 16 heures de siège, l'homme qui s'était barricadé dans son appartement de la rue Saint-Dominique à Jonquière s'est rendu aux policiers à 10h15 mercredi matin. L'individu qui tenait les policiers en haleine depuis 18h30 mardi est sorti de sa résidence les mains en l'air en compagnie de son petit chien. Il n'a offert aucune résistance et aucun coup de feu n'a été tiré.

L'homme de 36 ans de Jonquière, visiblement en détresse psychologique, a tenu les policiers en haleine au coin des rues Saint-Luc et Saint-Dominique à partir de mardi soir. L’individu qui devait subir un procès pour menace et méfait mercredi au Palais de justice de Chicoutimi a même publié des vidéos en direct sur Facebook, menaçant au passage les forces de l’ordre.

Une vaste opération policière a été mise en place pendant plusieurs heures. Un poste de commandement de la SQ en provenance de Montréal est arrivé mercredi matin afin de prêter main-forte aux agents de la Sûreté du Québec régionale. 

Aux environs de 6h30 mercredi matin, l'individu a affirmé sur sa page Facebook qu'il allait «sortir tranquille après une douche». Il s'est finalement rendu près de quatre heures plus tard. 

L'homme a publié différents messages sur Facebook tout au long du siège. 

«As-tu vu ça man, comment je leur parle aux négociateurs. Ostie, ils tripperont pas pantoute tantôt. Ostie de christ de gang de rats, on le sait où ce qu’elle est la snitch (informateur)», a-t-il dit dans une vidéo «live» publiée un peu avant 23h10 mardi.

Un peu plus tard, dans un message écrit vers 23h20 mardi, il a récidivé contre le négociateur de la police. «Yer débille haha sti leur negociateur a marde. Amène moi dla bouffe les cochons sale hahahyaye appel moé le nego jveux negocier», a-t-il écrit quelques minutes plus tard.

L'homme a lui-même contacté les policiers.
L’homme en détresse se trouvait au sous-sol de cet édifice situé sur la rue Saint-Dominique à Jonquière.

Selon le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier, dépêché sur les lieux, c’est l’homme lui-même qui a contacté les policiers. «On a reçu un appel vers 18h30 d’une personne très incohérente, mêlée. Je ne vous cacherai pas que cette personne-là, on en entend parler depuis quelques jours. Par rapport à ce qu’on avait comme information et ce qu’on avait dans le passé, on a décidé de sécuriser les lieux», a-t-il dévoilé.

Selon une vidéo publiée plus tôt en soirée, il semblerait qu’une histoire de coeur serait au centre de l’histoire. Il a même publié des conversations privées avec une fille.

En raison des antécédents de l’individu, les policiers n’ont pas lésiné sur l’ampleur de l’opération et ont établi un périmètre autour du domicile. Il s’agit d’un édifice avec plusieurs logements situé face à la Résidence funéraire du Saguenay et à côté du Patro de Jonquière. 

«On a plusieurs policiers qui sont dans un périmètre qui est assez serré. L’individu de 36 ans est présentement au sous-sol. On sait que cette personne-là détient des armes. Il y a une possibilité d’arme à feu. On sait aussi qu’il a une arbalète. On tente par la négociation de sortir l’individu. On tente de lui demander de sortir à l’extérieur pour lui apporter l’aide nécessaire. Il semble extrêmement dérangé. C’est pour ça qu’on va prendre notre temps», a aussi indiqué Bruno Cormier mardi. 

Le porte-parole a mentionné que les policiers devaient maintenant composer avec les réseaux sociaux. «En même temps ça nous donne de l’information, il faut le dire», a-t-il avoué par rapport aux vidéos de l’individu. Ainsi, les policiers peuvent avoir des informations sur les lieux où se trouve la personne en détresse.

Bruno Cormier a assuré que l’homme se trouvait seul dans son logement. «Il y a certaines personnes qui sont sorties du bâtiment, mais on n’a pas la certitude que tout le monde est sorti. Mais il semble que oui», a-t-il ajouté.