Il filme la voisine sous la douche

Un individu de 27 ans s’en tire avec des travaux communautaires après avoir été pris en flagrant délit en train de filmer sa voisine alors que celle-ci se trouvait sous la douche.

Le client de Me Julien Boulianne a reconnu sa culpabilité à une accusation de voyeurisme. La juge Isabelle Boillat, de la Cour du Québec, l’a condamné à faire 120 heures de travaux communautaires, à une probation de 24 mois et à un suivi probatoire de 15 mois en raison des antécédents judiciaires.

Les gestes posés par l’homme se sont produits le 19 septembre 2017 vers 21h30.

«Alors qu’il montait les marches de l’escalier, il a aperçu sa voisine dans la douche (les rideaux de la fenêtre étaient ouverts ou absents). Il a sorti son téléphone cellulaire et l’a filmée. Mais son écran était placé de façon à ce que la victime a pu se reconnaître», a expliqué Marie-Josée Charron, stagiaire au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

La femme a immédiatement alerté son conjoint de la situation. Celui-ci est sorti et a confronté l’accusé.

«Rapidement, il a confirmé avoir filmé la femme sous la douche. Il a dit qu’il avait fait une erreur, lui a montré la vidéo et l’a immédiatement effacée de son appareil», a repris la stagiaire.

La Couronne a mentionné que l’accusé avait collaboré avec les policiers et leur a même laissé son cellulaire pour que les agents s’assurent que la vidéo n’existait plus .

«Il s’agit vraiment d’une étourderie. Il n’y avait aucun stratagème derrière ça. Il n’a pas installé de caméras ou quoi que ce soit», a précisé Me Boulianne.

L’accusé a confirmé avoir eu sa leçon et a affirmé que les travaux communautaires lui rappelleraient que son geste n’était pas des plus brillants.