Xavier Labelle et Parker Tobin

Humboldt: le coroner explique le problème d’identification de deux joueurs

C’est seulement quand un joueur des Broncos de Humboldt blessé lors de la tragédie qui a décimé l’équipe s’est réveillé à l’hôpital qu’on a découvert qu’il n’était pas celui qu’on croyait, a expliqué un coroner qui a participé à l’enquête.

Depuis l’accident, les proches de Parker Tobin étaient au chevet de celui qu’ils croyaient être le gardien de but de 18 ans. Il avait subi de graves blessures faciales, mais ils étaient convaincus que c’était Parker.

Il s’agissait plutôt de son coéquipier Xavier Labelle, un joueur qui comptait parmi les morts et dont on avait salué la mémoire lors d’une vigie publique.

«Xavier s’est réveillé et a dit, ''Je ne suis pas Parker Tobin''», a raconté plus tôt cette semaine le coroner saskatchewanais Wayne Nogier.

Cette erreur inimaginable est venue s’ajouter à une tragédie d’une ampleur déjà insaisissable.

M. Nogier était le premier de deux coroners à arriver sur les lieux de la collision au nord de Tisdale, en Saskatchewan, le vendredi 6 avril.

La jeune équipe de hockey junior se rendait disputer un match éliminatoire quand son autocar et un camion sont entrés en collision. Quatorze corps ont été transportés vers un salon funéraire de la Saskatchewan qui s’est transformé en morgue pour la fin de semaine, a dit M. Nogier. Quinze blessés ont été évacués vers l’hôpital, dont deux qui sont morts au cours des jours suivants.

Des photos et de l’information fournis par l’équipe, notamment la taille et le poids des joueurs, ont tout d’abord été utilisés par le bureau du coroner et le salon funéraire pour identifier les corps, a poursuivi M. Nogier.

La tâche était difficile.

Tous les joueurs s’étaient teints en blond et se laissaient pousser la barbe pour les séries. La plupart d’entre eux n’avaient pas de papiers dans leurs poches.

Un entraîneur adjoint a aidé à identifier les corps avant qu’ils ne soient présentés aux familles. Toutes ont pu confirmer qu’il s’agissait de la bonne personne, sauf dans le cas du jeune Labelle.

«La famille a regardé et a dit, ''Oh, on ne sait pas. Peut-être. Probablement. Personne d’autre ne manque à l’appel. Peut-être.''», a dit M. Nogier.

Le jeune défenseur de 18 ans originaire de Saskatoon avait jadis porté des broches, donc on a demandé une copie de ses fiches dentaires. Son orthodontiste prévoyait se rendre au bureau dimanche soir pour les trouver.

Mais avant que cela ne se produise, le joueur qui était en réalité Xavier Labelle s’est réveillé.

À ce moment, son nom était déjà inscrit sur la liste des victimes publiée par le bureau du coroner et la Gendarmerie royale du Canada. Son nom avait aussi été lu à voix haute lors de la vigie à Humboldt.

M. Nogier dit ne pas savoir qui a décidé de publier son nom - seulement qu’il ne l’a jamais autorisé.

Quand l’erreur a été découverte, les familles Labelle et Tobin ont changé de place. La famille Tobin, qui était pourtant certaine qu’il s’agissait de Parker, a fait preuve de compréhension.

«Ils sont complètement dévastés (...) par ce qui se passe, mais ils sont aussi heureux pour la famille Labelle du déroulement des événements, a dit M. Nogier. Ces familles sont très proches et tous ces parents voient ces enfants comme leur propre famille.»

La famille Labelle assure n’entretenir aucune rancoeur face à cette erreur.

Grant Bastedo, qui représente les Broncos et certaines familles, dont les Labelle, assure que tous ont fait de leur mieux pendant une période extrêmement triste.

«Une erreur a été commise. Je ne sais pas qui en est responsable - ce n’est pas important. L’eau a coulé sous les ponts», a-t-il dit.

Un porte-parole du ministère de la Justice de la Saskatchewan, Drew Wilby, s’était excusé à l’époque. Il avait dit que le bureau du coroner menait une enquête interne pour comprendre ce qui s’était passé et si des améliorations peuvent être apportées.

La GRC n’a pas répondu à une demande de commentaire.

L’ancien chef de la police de Saskatoon, Clive Weighill, avait été mandaté, avant l’accident, pour examiner le système de coroner en Saskatchewan. Il a indiqué à La Presse canadienne par courriel qu’il n’examine pas de cas spécifiques, mais que la situation de Humboldt fera partie de ses conclusions générales.

Sa révision doit être complétée en juillet.

M. Nogier a dit qu’il connaissait plusieurs de joueurs des Broncos et leurs familles, et qu’il espère que le problème d’identification offrira une occasion d’examiner plus en profondeur le système de coroner.

Il ne croit pas que des changements, comme le recours à un médecin légiste qui s’appuie sur des pathologistes judiciaires, auraient changé quoi que ce soit dans le cas des Broncos.

Et, malgré l’erreur, M. Nogier estime que les premiers répondants, les policiers et le bureau du coroner se sont bien occupés des familles.

Les gens se demandent comment une telle erreur a pu se produire, a-t-il reconnu, mais ce n’est pas compliqué quand on considère le nombre de victimes et tous les obstacles.

«S’il y a une occasion de faire mieux, on devrait passer par-dessus tout ça, a dit M. Nogier. Mais si ce n’est pas possible, alors on devrait accepter que tout a été fait le mieux possible.»