Jody Wilson-Raybould

Homme arrêté pour avoir fait des graffitis au bureau de Jody Wilson-Raybould

VANCOUVER - La police de Vancouver a arrêté un homme de 37 ans qui aurait utilisé plusieurs canettes de peinture en aérosol pour exprimer son soutien envers l’ancienne procureure générale fédérale Jody Wilson-Raybould.

Les agents ont réagi tôt lundi après que des slogans tels que «Laissez Jody parler» ou «Trudeau pour trahison» ont été peints en énormes lettres rouges ou blanches sur les fenêtres du bureau de circonscription de Mme Wilson-Raybould.

Les messages couvraient également le trottoir et la rue devant le bureau de sa circonscription, Vancouver Granville.

Selon la police, plusieurs pots de peinture en aérosol ont été saisis et des accusations de méfait pourraient être portées.

Les slogans ont été effacés des fenêtres du bureau en quelques heures et une équipe de nettoyeurs spécialisés a travaillé pour retirer les graffitis du trottoir et de la rue.

Mme Wilson-Raybould a publié lundi un message sur les réseaux sociaux, appelant ses sympathisants à exprimer leurs opinions de manière sécuritaire et légale.

«Bien que j’apprécie les personnes qui souhaitent manifester leur soutien et leur enthousiasme tout en exprimant leurs points de vue, je les encourage à le faire sans endommager des biens privés ou publics ni se mettre en danger. Merci», a écrit Mme Wilson-Raybould sur Twitter.

Mme Wilson-Raybould et sa collègue et ancienne ministre du cabinet, Jane Philpott, ont été expulsées du caucus du Parti libéral il y a une semaine.

Ces expulsions ont suivi la démission de Mme Wilson-Raybould du cabinet en février, peu de temps après qu’on lui eut retiré le portefeuille de la Justice.

Mme Philpott a démissionné début mars, quelques semaines à peine après avoir été nommée présidente du Conseil du Trésor, affirmant qu’elle était «sérieusement préoccupée» par les allégations selon lesquelles Mme Wilson-Raybould aurait subi des pressions pour intervenir dans la controverse concernant SNC-Lavalin.