Le Parc des Chutes-Montmorency

Grève dans les parcs de la SÉPAQ pendant les vacances de la construction [VIDÉO]

Les services aux vacanciers risquent d’être perturbés dans 23 parcs nationaux du Québec à compter du 20 juillet avec le déclenchement d’une grève générale illimitée de 1500 employés de la Sépaq.

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) met ainsi sa menace à exécution et étend à 23 parcs nationaux le mandat de grève générale illimitée obtenu ce printemps par ses membres dans une proportion de 94 %.

Vendredi dernier, le SFPQ avait déjà annoncé que la grève toucherait dans un premier temps dès le 17 juillet le Parc de la Chute-Montmorency et le Manoir, le Camping des Voltigeurs à Drummondville et les centres touristiques du Lac-Kénogami au Saguenay et du Lac-Simon en Outaouais.

Le déclenchement de la grève dans les parcs coïncide avec le début des vacances de la construction. Pendant ces deux semaines les plus achalandées, 80 % des quelque 150 000 travailleurs de la construction seront en vacances. 

Le président général du SFPQ, Christian Daigle, convient que ses membres ne s’attireront pas leur sympathie, mais il soutient ne pas avoir le choix. «Je comprends que ce n’est pas quelque chose de populaire. On est désolé pour eux. C’est là qu’on peut mettre de la pression. Ce n’est pas en janvier et février.

«Nous ne voulons pas prendre les gens en otage, poursuit-il. S’ils sont en colère, ils doivent l’être contre le gouvernement Legault. Nous avons déposé des demandes globales en janvier et nous avons reçu une première offre salariale seulement il y a trois semaines», explique-t-il, accusant les négociateurs patronaux de se traîner les pieds.

M. Daigle ne peut garantir aux visiteurs l’accès aux parcs. «Je laisse les gens de la mobilisation faire leur travail. Par le passé, on ne bloquait pas l’accès. On faisait de la mobilisation. Chose certaine, des services vont être coupés. Les gens n’auront pas le même service. Une personne-cadre ne peut pas faire la même job que 60 personnes sur le terrain», prévient-il.

Déjà, vendredi, le SFPQ se disait insulté de l’offre salariale déposée après avoir conclu une entente sur les clauses normatives. Il juge nettement insuffisante l’offre d’une hausse de moins de 1 % par année.

«On a des gens qui travaillent à 13 $ l’heure. Ce n’est pas acceptable aujourd’hui au Québec. Ça ne couvre même pas l’augmentation du coût de la vie. Le gouvernement fait plusieurs millions d’investissements dans les parcs, mais n’offre rien aux salariés. C’est indécent, s’indique M. Daigle. Le gouvernement Legault n’est pas sensible aux préoccupations des petits salariés», renchérit-il.

Outre une hausse salariale, le SFPQ souhaite aussi une restructuration des échelles salariales pour uniformiser les salaires d’un parc à l’autre par catégorie d’emploi. Des séances de négociations sont prévues dans les prochains jours.

LISTE DES PARCS

-Aiguebelle 

-Bic

-Frontenac

-Gaspésie

-Grands-Jardins

-île-Bonaventure et du Rocher-Percé

-îles-de-Boucherville

-Jacques-Cartier

-Miguasha

-Mont-Mégantic

-Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie

-Anticosti

-Plaisance

-Lac-Témiscouata

-Opémican

-Mont-Orford

-Mont-Saint-Bruno

-Mont-Tremblant

-Monts-Vallin

-Oka

-Pointe-Taillon

-Saguenay

-Yamaska

-Gîte du Mont-Albert

+

LES CLIENTS TOUCHÉS AVISÉS DÈS JEUDI

Les clients de la Sépaq dont le séjour pourrait être perturbé pendant la grève des employés seront joints personnellement. 

«La Sépaq tient à informer sa clientèle que la presque totalité des établissements visés demeurera ouverte si la grève se concrétisait et qu’elle fera tout en son pouvoir pour conserver l’accessibilité la plus large possible», a laissé savoir la Société des établissements de plein air, mercredi, par communiqué.

«Les clients dont les séjours pourraient être affectés par un débrayage recevront une communication personnalisée jeudi», ajoute la société d’État. Malgré les efforts qu’elle compte déployer pour le maintien des activités courantes, «des opérations à effectif réduit risquent d’avoir un impact sur certains services, telles que la restauration, la location d’équipement nautique, les plages et les activités guidées», avise-t-elle encore. Les visiteurs touchés par une baisse de service pourraient être dédommagés.

Enfin, la Sépaq soutient qu’elle garde espoir de parvenir à une entente négociée d’ici le déclenchement de la grève.  

Carte des parc nationaux touchés par la grève des travailleurs de la SÉPAQ