Cette grève tournante doit toucher tour à tour les régions du Québec, du 1er au 18 septembre, en commençant par celle de Québec—Chaudière-Appalaches tôt mardi matin.
Cette grève tournante doit toucher tour à tour les régions du Québec, du 1er au 18 septembre, en commençant par celle de Québec—Chaudière-Appalaches tôt mardi matin.

Garderies en milieu familial: discussions de la dernière chance avant la grève

Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL — Des représentants des équipes de négociation de la FIPEQ et du ministère de la Famille doivent se rencontrer ce lundi, à quelques heures du déclenchement prévu de la grève tournante des 10 000 responsables de services de garde en milieu familial. 

Cette grève tournante doit toucher tour à tour les régions du Québec, du 1er au 18 septembre, en commençant par celle de Québec—Chaudière-Appalaches tôt mardi matin. 

Une grève générale illimitée de ces 10 000 responsables de services de garde syndiquées à la Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ) est même prévue à compter du 21 septembre, s’il n’y a pas eu de dénouement d’ici là. 

La FIPEQ, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), a indiqué lundi que par ces discussions entre représentants des deux équipes de négociation, son objectif était d’obtenir des dates de négociations pour que celles-ci puissent se poursuivre. 

Les négociations entre le ministère de la Famille et la FIPEQ ont débuté il y a plus d’un an ; elles sont au point mort. 

Jeudi dernier, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, soutenait que c’est plutôt le syndicat qui ne veut pas s’asseoir pour négocier. Il se disait convaincu que si les deux parties négocient de bonne foi, elles parviendront à s’entendre et à éviter une grève.