Les funérailles d'Océane Boyer ont eu lieu vendredi à Lachute.

Funérailles d’Océane Boyer: la «petite boule d’énergie» célébrée

LACHUTE — Des centaines de personnes ont assisté vendredi à Lachute aux funérailles d’Océane Boyer, l’adolescente de 13 ans assassinée brutalement la semaine dernière. Lors de la cérémonie, ses proches ont préféré célébrer les qualités de celle que plusieurs ont appelée «une petite boule d’énergie» plutôt que de parler de sa mort tragique.

L’église Sainte-Anastasie était pleine à craquer. Presque toutes ses 700 places étaient occupées et des gens ont même assisté à la cérémonie debout.

Sur les visages, beaucoup de tristesse et d’incompréhension.

Il y avait la famille, bien sûr, et aussi beaucoup d’adolescents, des amis d’Océane qui voulaient lui dire au revoir, et leurs parents, venus les soutenir. Il y avait aussi des gens qui ne connaissaient pas la jeune fille, mais qui ont été émus par le drame qui a touché cette famille.

La famille d’Océane a invité celle de l’accusé aux funérailles.

Avant la cérémonie, pendant une heure et demie, des centaines de personnes ont défilé dans l’allée centrale de l’église pour étreindre les parents d’Océane, son frère Olivier et sa soeur Cassandra. Plusieurs avaient les larmes aux yeux.

Des amies d’Océane, qui ont fréquenté son école secondaire ou primaire, ont confié qu’elles ne réalisaient pas encore qu’elle était partie. «C’est comme si elle était encore là», a soufflé l’une d’elles.

«Ça fait mal, ça fait vraiment mal», a dit Sophye-Ann Leclerc, 16 ans, une amie d’Océane.

Parmi ceux qui sont allés à l’église vendredi matin, il y avait aussi Lyne Morel, une tante de la mère d’Océane. Vendredi matin, elle se disait encore sous le choc. «On est tous tellement émus, on ne réalise pas ce qui se passe.»

Elle est aussi touchée par le grand élan de solidarité des Québécois qui soutiennent les parents endeuillés, Caroline Sarrazin et Francis Boyer.

Dans l’église, près de l’autel, se trouvaient une photographie de la jeune fille, de nombreux bouquets de fleurs rouges, roses, blanches et mauves, ainsi qu’une colombe en cage.

«Chacun de nous est concerné par le meurtre d’Océane», a lancé le curé Robert Lemire, qui a dit avoir été bouleversé lorsqu’il a appris sa mort, lui qui l’avait baptisée dans cette même église il y a 13 ans.

«Océane voulait toujours réussir, elle voyait toujours le verre à moitié plein.» Son sourire radieux et sa joie de vivre ont été évoqués plus d’une fois.

Pour Kim, qui a parlé dans l’église «au nom de toutes les tantes d’Océane», elle était «une jeune fille serviable, toujours là pour aider, toujours pleine de compassion».

«Notre petite boule d’énergie, tu vas nous manquer», a-t-elle ajouté.

Toutes les tantes d’Océane se sont fait tatouer son nom, a-t-elle dit. D’autres membres de la famille aussi, comme Mario Noël, l’un de ses oncles.

S’adressant aux journalistes au nom de la famille, après la cérémonie, il a tenu à remercier toute la population du Québec pour sa grande générosité envers la famille.

Après la cérémonie, la famille s’est rendue à l’extérieur, pour un dernier hommage. Une colombe a été retirée de sa cage et le père d’Océane l’a tenue dans ses mains, avec une très grande délicatesse, avant de la laisser partir, sur les paroles de la chanson Je vole de Michel Sardou.

Le présumé meurtrier

Un homme qui était considéré comme un ami de la famille, François Sénécal, a été accusé vendredi dernier du meurtre au premier degré de l’adolescente, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Océane a été retrouvée par un citoyen en bordure d’un chemin le 26 février à Brownsburg-Chatham, dans les Laurentides. Son corps portait des marques de violence. Elle est morte ce jour-là. Sénécal a été arrêté par la Sûreté du Québec le lendemain. Il est détenu depuis.

Il risque la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

LIRE AUSSI : Meurtre d’Océane Boyer: retour en cour de François Sénécal