Funérailles de Mgr Maurice Couture: un dernier adieu à l’ami des pauvres

Ce sont 800 civils, 64 prêtres, 25 évêques et 15 diacres qui s’étaient déplacés mardi après-midi à la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec pour les funérailles de Mgr Maurice Couture, archevêque de Québec de 1990 à 2002, un homme décrit par tous comme toujours proche des plus démunis.

«Mgr Couture, c’était du vrai : un grand pasteur, un homme d’exception, un témoin de la vie et un défenseur des personnes les plus vulnérables de la société québécoise», a résumé le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, pour clore son homélie dans cette cérémonie qui a duré près de deux heures.

La proximité avec les pauvres de l’ancien archevêque décédé à l’âge de 91 ans était ce qui avait retenu le plus l’attention de ceux qui l’ont connu. Dans une lettre écrite par Mgr Marc Ouellet, qui lui a succédé à l’archidiocèse de Québec, et lue durant la cérémonie par Mgr Marc Pelchat, le préfet de la Congrégation pour les évêques présentait Mgr Couture comme «un pasteur proche de son peuple et grand ami des pauvres à la manière du pape François».

«Je le voyais plus souvent près des pauvres en basse ville qu’au diocèse en haute ville», a pour sa part déclaré aux médias la députée péquiste de Taschereau Agnès Maltais après la cérémonie. «Il a aussi été évêque de Baie-Comeau et il était aussi un ami de ma mère. Le voir, c’était donc un peu pour moi comme se retrouver en famille.»

Le député conservateur de Lévis, Steven Blaney, l’avait d’ailleurs surtout connu pour son engagement dans les oeuvres du Patro de Lévis. «C’était quelqu’un qui était toujours prêt à aider. On s’entendait très bien ensemble et, je l’avoue, quand j’ai décidé de me lancer en politique, je lui ai demandé conseil», a-t-il affirmé.

Frère et ami

L’abbé Bertrand Jacques, de la paroisse Saint-Esprit des Pentes-Côtes, a pour sa part parlé de lui comme d’un homme du peuple, très facile d’approche. «Pour nous, c’était davantage un frère qu’un archevêque», résume le prêtre à propos du natif de Saint-Pierre-de-Broughton, qui fait maintenant partie de la paroisse où il officie.

Jacques Côté, employé du diocèse de Québec de 1969 à 2003, a pour sa part parlé de l’ancien archevêque comme d’un ami, un homme diversifié, de communication et de réflexion. «On se devinait l’un l’autre, je savais ce qu’il allait dire et il me faisait une confiance totale», se souvient celui qui a été secrétaire personnel, attaché de presse et porte-parole de l’archevêque.

Il a également rappelé comment Mgr Couture se trouvait aussi à l’aise dans un groupe communautaire, avec des représentants politiques ou avec des personnes handicapées. «Il était convaincant partout. Il était capable de toucher les gens par sa cordialité et son intégrité personnelle. C’était quelqu’un qui était dans le présent, mais tourné vers l’avenir.»

M. Côté, qui rendait souvent visite à son ami à la Résidence Cardinal-Vachon, a aussi mentionné son régime de vie de spartiate. «Pour qu’un homme comme lui, diabétique grave, puisse se rendre à 91 ans, il devait avoir un régime de vie très sévère. Souvent, quand je l’invitais à dîner, il se limitait à un tiers ou un quart de coupe de vin», se souvient-il.

Une fois la cérémonie terminée, le corps de Mgr Couture est allé rejoindre ceux de tous les autres évêques de Québec dans la crypte de la basilique-cathédrale Notre-Dame.