Félix Auger-Aliassime en finale à Lyon

À la défense de son premier titre en carrière, Félix Auger-Aliassime est désormais bien placé afin de répéter son exploit de l’an dernier puisqu’il s’est qualifié, samedi, pour la finale de l’Open Sopra Steria de Lyon, un tournoi de tennis de catégorie Challenger disputé sur terra battue en France.

Le 170e joueur mondial a vaincu le Serbe Miomir Kecmanovic (205e) en deux manches de 6-2 et 7-6 (8-6 au bris d’égalité). Le natif de L’Ancienne Lorette aurait pu boucler la victoire plus tôt, mais après avoir brisé le service de son opposant pour prendre les devants 5-3 dans la deuxième manche, il n’a pas mettre le point d’exclamation à ce match avec le sien, ce qui a permis à Kecmanovic de prolonger le suspense.

Contrairement à sa demi-finale contre le Français Alexander Muller, la raquette de L’Ancienne-Lorette n’a pas multiplié les as au même rythme, en obtenant six (contre 11, la veille). Il a cependant commis une double-faute à neuf reprises. Le match a d’ailleurs pris fin de cette façon, quand son adversaire a servi dans le filet à sa deuxième balle.

Plus le tournoi avance, plus Auger-Aliassime s’impose. Avant son match de samedi, on disait que cette demi-finale avait des allures de match ultime.

«L’année dernière, oui, j’étais monté en puissance au fur et à mesure des matchs. Mais là, j’ai plutôt le sentiment d’avoir tout de suite bien commencé avec ma victoire contre Moutet (en première ronde). Les sensations sont bonnes», admettait-il à la veille de sa demi-finale. Il en sera à une première finale, cette saison.

Félix-Auger Aliassime affrontera un autre joueur français, soit Johan Taltot, 328e au classement de l’ATP. Ce dernier, qui est son aîné de cinq ans, avait reçu un laissez-passer pour accéder au tableau principal. Il en remporté sa demi-finale en deux sets de 7-6 (8-1) et 6-2 contre l'Italien Roberto Marcora.

Le joueur de Québec avait connu beaucoup de succès à la même période, l’an passé, remportant son premier tournoi Challenger à Lyon et répétant le coup à Séville, quelques semaines plus tard. Dès la prochaine semaine (18 au 24 juin), il participera aux Internationaux de Blois, en France.

«Je n’irai pas sur gazon, cette saison, je fais l’inverse de Roger, on va dire», lançait-il à la blague au site Internet du tournoi à propos de Roger Federer, grand joueur de pelouse qui l’invite parfois à s’entraîner avec lui.