Gaétan Barrette a mitraillé de questions le ministre des Finances, Éric Girard, en commission parlementaire et l'a placé sur la défensive pendant plusieurs heures.
Gaétan Barrette a mitraillé de questions le ministre des Finances, Éric Girard, en commission parlementaire et l'a placé sur la défensive pendant plusieurs heures.

Enfants handicapés: le gouvernement de la CAQ dépense mal ses surplus, dénonce Barrette

Le gouvernement Legault nage dans les surplus budgétaires, mais n'est pas prêt à élargir l'aide aux familles d'enfants handicapés, a dénoncé mardi le libéral Gaétan Barrette.

Il questionnait le ministre des Finances, Éric Girard, en commission parlementaire étudiant le projet de loi 42, «Loi donnant suite à des mesures fiscales annoncées à l'occasion du discours sur le budget du 21 mars 2019».

L'échange a vite pris l'allure d'un interrogatoire, M. Barrette mitraillant le ministre de questions et le plaçant fermement sur la défensive pendant plusieurs heures.

M. Barrette cherchait à savoir pourquoi le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) ne venait pas en aide à tous les enfants handicapés, étant donné son surplus budgétaire de 4,3 milliards $ avant le versement au Fonds des générations.

Il tenait aussi à discréditer les propos du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, qui a déjà qualifié le programme de supplément pour enfant handicapé nécessitant des soins exceptionnels (SEHNSE) - créé en 2016 par les libéraux - de «tout croche».

Au fil de ses questions, M. Barrette a réussi à faire dire au ministre que le programme libéral était bon, puisqu'il a été repris presque intégralement par son gouvernement.

Le printemps dernier, la CAQ a assoupli certains critères et injecté 30 millions $ dans le programme pour aider entre 3000 et 4000 familles d'enfants handicapés supplémentaires.

Selon M. Barrette, le gouvernement a ainsi choisi de faire de la «discrimination» en aidant au total 6000 enfants lourdement handicapés et en laissant de côté 34 000 autres enfants. C'est sans compter les enfants handicapés qui atteignent l'âge de la maturité.

«Ils ont déplacé le curseur tout simplement pour en inclure plus, mais ils n'ont pas inclus tout le monde, a déploré M. Barrette en entrevue téléphonique, mardi. Nous, on considère que le gouvernement dépense mal compte tenu de sa situation budgétaire.»

«Il y a un choix dans l'allocation des ressources limitées», a déclaré M. Girard en commission parlementaire, avant de se tourner, visiblement exaspéré, vers le président pour lui demander de suspendre les travaux et de passer au bloc suivant.

Gaétan Barrette a affirmé vouloir continuer de poser des questions «inconfortables». Il lui restait à ce moment 153 minutes pour questionner le ministre. «Ah, une bonne nouvelle!» a rétorqué M. Girard, le sourire en coin.

Le député libéral de La Pinière a vanté le concept de revenu minimum garanti pour les personnes inaptes au travail du précédent gouvernement libéral, mais qui n'a pas encore été entièrement mis en œuvre.

Les Québécois handicapés avec de sévères contraintes à l'emploi verront à partir de 2023 leur prestation annuelle faire un bond de 12 749 $ à 18 029 $, pouvant ainsi au moins atteindre le seuil de la pauvreté, a confirmé mardi Caroline D'Astous, attachée de presse du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.