Enfant mordu par un zèbre: sa mère découragée par les commentaires sur les réseaux sociaux

La mère de l’enfant de 12 ans qui a été mordu à la main par un zèbre, samedi, lors du Salon des animaux exotiques déplore les nombreux commentaires virulents qui circulent sur les réseaux sociaux. Elle réfute l’étiquette d’imprudence accolée à sa famille.

La femme est choquée de lire la banalisation qui a été faite des blessures de son garçon ainsi que les nombreux commentaires visibles sur les réseaux sociaux.

À lire aussi: Un zèbre mord un enfant au Salon des animaux exotiques de Saguenay

Celle qui en était à sa première visite à l’événement a confié au Quotidien que de la nourriture se trouvait en vente devant la cage du zèbre. Le préposé placé à l’intérieur de l’enclos a vu la famille ainsi que plusieurs autres visiteurs nourrir l’animal et ne serait pas intervenu. « Notre fils n’a pas été imprudent. Il a cru autant que nous qu’il pouvait le nourrir. Ils vendaient les “cups” à 2 $ », a-t-elle expliqué.

Les parents confirment que d’autres familles nourrissaient les animaux dans le même enclos. Ceux-ci se désolent de la faible dimension de l’affichage interdisant de nourrir les bêtes. « Si ça n’avait pas été pour nourrir le zèbre, mon gars n’aurait jamais mis la main dans l’enclos. Les gens disent qu’il avait le bras à travers le grillage, alors qu’il donnait de la moulée », ajoute-t-elle. La présence de plusieurs visiteurs expliquerait, selon elle, l’impossibilité de voir l’affichage interdisant l’accès à l’enclos.

La mère est en colère devant ceux qui blâment les parents. Elle confirme que le jeune n’a jamais été seul à proximité de la bête. Le père, qui se tenait à ses côtés, a tenté de libérer sa main coincée dans la gueule du zèbre pendant que l’homme qui se trouvait à l’intérieur de l’enclos tirait sur l’animal. Selon la famille, la manœuvre aurait duré près de 30 secondes.

« Je tenais son bras dans les airs. J’ai vu le dessus de sa main, au-dessus du majeur, on voyait l’os », raconte la mère. La morsure, qui laissait apparaître des os ainsi que d’autres lésions, a nécessité des points de suture à l’intérieur et à l’extérieur des blessures. Le garçon reçoit également un traitement antibiotique et d’autres médicaments pour calmer la douleur. Il devra porter une orthèse pendant plusieurs semaines afin de permettre la guérison d’un tendon amoché. La Jeannoise confie s’être entretenue avec divers spécialistes dans la journée de lundi afin d’assurer les suivis en ergothérapie et en chirurgie plastique et esthétique. Les prochaines semaines seront, pour la famille, le théâtre de plusieurs rendez-vous médicaux, autant à Alma qu’à Saguenay.

La femme d’Alma lance un appel au calme quant aux commentaires publiés sur les réseaux sociaux. « J’essaie de le protéger de tout cela. C’est un jeune de 12 ans qui finira un jour par lire les commentaires. Je suis capable d’en prendre, mais pour mon garçon, c’est autre chose », a-t-elle conclu.