Le maire Loranger au conseil de ville L'Ancienne-Lorette, le 8 janvier dernier
Le maire Loranger au conseil de ville L'Ancienne-Lorette, le 8 janvier dernier

Émile Loranger (1946-2020), «la fin d'une époque» [PHOTOS]

Le maire de L’Ancienne-Lorette depuis plus de trois décennies, Émile Loranger, est mort soudainement dans la nuit de mercredi à jeudi, à la suite de complications cardiaques.

Le décès de M. Loranger a été annoncé jeudi matin par la Ville de L’Ancienne-Lorette. Il avait 73 ans.

Le maire Loranger, qui était suivi en cardiologie, a été hospitalité mercredi à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, a indiqué la conseillère municipale Sylvie Falardeau, lors d'un point de presse webdiffusé jeudi après-midi.

Mme Falardeau s'est rendue avec la femme de M. Loranger au chevet du maire et elle a appris qu'il ne «passerait pas la nuit», a dit Mme Falardeau. «Après 35 ans de travail et d'amitié avec M. Loranger, ç'a été très difficile pour moi».

La mairesse suppléante Sylvie Papillon a indiqué que M. Loranger était «en forme» et qu'il était présent dans les derniers jours à l'hôtel de ville. Le maire Loranger a d'ailleurs présidé mardi soir la séance du conseil municipal «qui aura malheureusement été sa dernière», a noté Mme Papillon.

«Il était un homme de conviction et il était reconnu pour ses qualités de rassembleur et de bâtisseur, a dit Mme Papillon. Il a contribué de façon importante à la croissance et au dynamisme de L'Ancienne-Lorette».

Les drapeaux situés à l’hôtel de ville de L'Ancienne-Lorette et ceux près des édifices municipaux ont été mis en berne.

Un long règne

Le règne d'Émile Loranger à la mairie de L'Ancienne-Lorette s'est amorcé il y a plus de trois décennies, en 1983. M. Loranger a été maire jusqu'à ce que sa ville fusionne avec Québec, le 1er janvier 2002. 

Puis, après s'être battu pour la défusion, il a réélu maire de L’Ancienne-Lorette le 6 novembre 2005 dans une ville défusionnée. 

«Saga des quotes-parts»

Les derniers mois d'Émile Loranger à la mairie L’Ancienne-Lorette ont été marqués par la controverse. En octobre, le maire a été condamné à une suspension de 60 jours sans salaire pour des manquements à l’éthique. Environ un an plus tôt, il s’était placé en situation de conflit d’intérêts en participant notamment à un vote sur une demande d’enquête le visant personnellement.

Émile Loranger faisait toujours l'objet de deux enquêtes à la Commission municipale du Québec (CMQ). L'une portait sur 240 factures de restaurants que la Ville de L’Ancienne-Lorette lui avait remboursés durant six ans. L'autre portait sur sa décision de poursuivre avec les fonds publics deux conseillers municipaux «à des fins personnelles ou partisanes».

Un combat sans dénouement

Émile Loranger n'aura finalement pas connu le dénouement d'un de ses principaux combats comme maire, soit celui des «quotes-parts» que L’Ancienne-Lorette estime avoir versé en trop à l'agglomération de Québec.

Après plusieurs années de litige, L’Ancienne-Lorette et Saint-Augustin-de-Desmaures avaient obtenu gain de cause en 2018. La Cour supérieure avait ordonné à la Ville de Québec de rembourser 13,9 millions $ à L’Ancienne-Lorette. Mais la ville du maire Labeaume a porté la décision en appel. La cause devait être entendue par la Cour d'appel au printemps 2021.

+

Émile Loranger devant la photo prise en 2009 lors de la signature sur le partage des quoteparts de l’agglomération de Québec, ce qui aura été un de ses grands combats. Sur la photo, M. Loranger avec le ministre libéral Sam Hamad, le maire de Québec Régis Labeaume, le maire de Saint-Augustin de l'époque Marcel Corriveau et celle qui était alors ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau.

«Il aura marqué l’histoire politique de la région», dit Labeaume

La Ville de Québec a offert jeudi matin ses «plus sincères condoléances à la famille et aux proches du maire de L’Ancienne-Lorette.

«Le décès d’Émile Loranger nous attriste profondément, a ajouté le maire Labeaume dans une déclaration officielle. La région de Québec perd un homme politique qui a toujours eu à cœur le succès du développement de la Ville de L’Ancienne-Lorette et la qualité de vie de ses citoyens. Il aura marqué l’histoire politique de la région».

Juneau salue sa longévité 

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, a côtoyé Émile Loranger plus régulièrement au cours des dernières années, dans le cadre de la bataille des villes défusionnées sur les quotes-parts pour les services d'agglomération.

Il salue la longévité d'un politicien qui a su se faire réélire pendant plus de trois décennies. «C’est rare et exceptionnel, insiste M. Juneau. Pour savoir ce que c’est que d’être maire, il a du mérite, car il y a plein de choses agréables à être maire, mais il y en a aussi des plus difficiles.»

La Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures a mis en berne les drapeaux de l'hôtel de ville et des édifices municipaux en hommage à Émile Loranger.

«La fin d'une époque», dit Marcel Corriveau

L'ancien maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Marcel Corriveau, a estimé que la mort du maire Loranger signe «la fin d'une époque» à L’Ancienne-Lorette.

«Émile, c'était presque une institution. L’Ancienne-Lorette et Émile, on confondait presque les deux», dit Marcel Corriveau, qui a été l'allié du maire Loranger dans les défusions et le combat des «quotes-parts».

«Il s'est battu pour les défusions. Et il a réussi à récupérer sa ville. Il était convaincu que L'Ancienne-Lorette était en mesure de donner des meilleurs services de proximité», dit Marcel Corriveau.

«Collé sur sa population», dit Lehouillier

Le maire de Lévis Gilles Lehouillier retiendra de son collègue de L'Ancienne-Lorette à quel point il était «collé sur sa population et avait à coeur les intérêts des citoyens. «C'est ce qui explique sa longévité», estimait M. Lehouillier, à l'occasion d'un point de presse webdiffusé jeudi matin.

Émile Loranger restera dans les mémoires pour sa bataille contre l'agglomération de Québec, croit le maire de Lévis. «Il a dû naviguer à travers des eaux tumultueuses, les règles du jeu étaient complexes, constate M. Lehouillier. Mais la bataille de sa vie, c'était que l'argent investi par les gens de sa communauté retourne en services à sa communauté.»

La bataille d'Émile Loranger était tout à fait justifiée, selon le maire de Lévis. «À date l’expérience nous montre qu'on aurait jamais dû mettre en place les agglomérations, c'est mon avis», dit Gilles Lehouillier.

Les drapeaux étaient en berne à l'hôtel de ville de L'Ancienne-Lorette, jeudi.

Shoiry attristé par la mort d'un des membres du «groupe des maires de banlieue»

Après le départ récent de l'ex-maire de Charlesbourg Ralph Mercier, l'ancien maire de Sillery Paul Shoiry voit partir avec tristesse un autre membre important de ce qu'on appelait le groupe des maires de banlieue.

Lorsqu'il a été élu pour la première fois en 1994, M. Shoiry consultait régulièrement son collègue Émile Loranger, qui avait une excellente réputation de gestionnaire et qui était à la tête d'une ville d'une taille comparable à la sienne. «On est devenus amis rapidement, il me donnait des conseils sur la façon de rendre les services», se souvient M. Shoiry en entrevue téléphonique.

Leurs contacts sont devenus encore plus fréquents lors du combat contre les fusions forcées. En 2001, les deux politiciens locaux briguaient les suffrages dans la même équipe, celle de la défunte mairesse Andrée P. Boucher. Émile Loranger avait dû se retirer en raison de problèmes de santé.

«Émile aurait été réélu à vie, car il était extrêmement populaire, croit M. Shoiry. La ville de L’Ancienne-Lorette est une belle ville, bien gérée et j’ai pris beaucoup de choses d'Émile Loranger.»

Le maire Loranger à L'Ancienne-Lorette le 20 septembre 2019

Une cérémonie après la crise de la COVID-19

Compte tenu de la crise de la COVID-19, des élections partielles seront tenues L'Ancienne-Lorette lorsque ce sera possible, a indiqué la mairesse suppléante, Sylvie Papillon. 

En attendant, le conseil municipale et les fonctionnaires de la Ville continueront de faire fonctionner la Ville. Mme Papillon s'adjoindra les services de la conseillère municipale Sylvie Falardeau, qui a  déjà été mairesse suppléante et a travaillé durant plus de 30 ans avec M. Loranger. 

Une cérémonie officielle en l'honneur d'Émile Loranger sera tenue «dès que la situation le permettra», a indiqué Mme Papillon. «Assurément, durant la période du COVID, il n'y a rien qui va se faire officiellement, a-t-elle dit. Soyez assuré que ce ne sera pas passé sous silence».

À LIRE AUSSI: Le maire trouble-fête