Dans le cadre de sa tournée «Bougez avec LDT!», Laurent Duvernay-Tardif a fait bouger 125 jeunes de sixième année de trois écoles de Québec réunis au PEPS de l’Université Laval, mardi. — Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Duvernay-Tardif: joueur, doc et presque chauffeur de bus!

Joueur de la Ligue nationale de football, bientôt médecin, philanthrope, conférencier, modèle pour la jeunesse, Laurent Duvernay--Tardif a récemment voulu ajouter à son C.V. le métier de... chauffeur d’autobus!

«Je suis beaucoup plus brûlé après une journée comme celle-là qu’après un entraînement des Chiefs de Kansas City!» s’est-il esclaffé, mardi matin, en se présentant devant les médias de Québec.

Au préalable, le joueur de ligne offensive avait pris le temps de retrouver son souffle, d’avaler quelques gorgées d’eau et de se replacer le toupet. Parce qu’il venait de passer une heure et demie à s’activer avec 125 jeunes de sixième année de trois écoles de Québec réunis au PEPS de l’Université Laval.

La Fondation Laurent Duvernay-Tardif tenait à Québec la troisième de six journées «Bougez avec LDT!» après Saguenay et Trois-Rivières. L’autobus de la tournée s’arrêtera aussi en juin aux universités McGill, Concordia (Montréal) et Bishop’s (Sherbrooke). Un volet artistique est prévu pour l’an prochain.

D’abord lancé en boutade, le gentil géant avoue avoir réellement pensé obtenir son permis de classe 2 pour conduire l’autobus en question, mais que l’attente de cinq ans avant de devenir «assurable» pour transporter des enfants l’en a découragé.

Au lieu de quoi il étudie, dans l’autobus. Il étudie aussi dans l’avion, lui qui débarquait à peine de Boston où il a donné une conférence sur son parcours unique aux employés d’une entreprise.

Premier de l’histoire

Parcours unique qui en ferait bientôt le tout premier joueur actif dans l’histoire de la NFL à détenir le titre de médecin, selon les recherches de son équipe. C’est pour cela qu’il étudie.

Huit ans après avoir amorcé ses études à l’Université McGill, où il a été un joueur vedette des Redmen jusqu’à son repêchage dans la NFL en 2014, Duvernay-Tardif se soumettra dans deux semaines à l’examen d’entrée du Collège des médecins du Québec.

«Après ça, je vais avoir mon MD, ça va être fait! C’était ma vision en 2014 quand je me suis fait repêcher, de finir mes études et d’être le premier joueur de la NFL à marcher sur un terrain avec son doctorat en médecine et je suis à la veille de faire ça», explique-t-il.

Le numéro 76 a beau être garde à droite partant, avoir joué 44 matchs en quatre campagnes dans la NFL et jouir d’une entente salariale de 41,25 millions $ avec les Chiefs, les jeunes de 12 ans questionnent surtout le colosse de Saint-Hilaire sur sa carrière médicale.

«Juste de savoir que quelqu’un poursuit des hautes études en maintenant une pratique d’activités physiques, ça les allume», dit-il. «Ils ne me connaissent pas tous, mais ils me disent qu’ils voudraient être médecin ou vétérinaire, me font part de leurs aspirations professionnelles et je trouve ça beau, c’est des rêves de jeunesse! Les jeunes du secondaire, eux, connaissent souvent plus le football et s’intéressent plus à la NFL.»

Bientôt de retour au travail

Quoique Duvernay-Tardif n’est pas celui qui en sait le plus sur la NFL, même s’il y joue. Il connaît davantage ses adversaires par leur numéro et leurs déplacements types sur le terrain que par leur nom.

Son agent et meilleur ami depuis le cégep, Sasha Ghavami, a toujours été le plus au fait des deux sur la grande ligue. À quelques jours du repêchage, Ghavami passe d’ailleurs beaucoup de temps sur son téléphone, à promouvoir les intérêts d’autres de ses protégés, comme Régis Cibasu, receveur de passes des Carabins de Montréal, et l’Ontarien Ryan Hunter, joueur de ligne offensive formé à l’Université Bowling Green.

Une chose que sait Duvernay-Tardif, c’est qu’il doit retourner à Kansas City le 9 mai. Au lendemain de son examen. Le camp de printemps des Chiefs est commencé depuis la semaine passée, mais le Québécois a chaque année une entente avec l’entraîneur-chef Andy Reid, très compréhensif.

+

MD AU DOS, «UN MESSAGE FORT»

Laurent Duvernay-Tardif sera bientôt diplômé de médecine. Il souhaite avoir les lettres MD, pour Medical Doctor, imprimées à la suite de son nom au dos de son gilet des Chiefs de Kansas City à l’ouverture de la saison. Il a déposé une demande officielle auprès de la NFL et attend la réponse. «Il y a tellement de joueurs qui mettent “JR”, “III” ou différents suffixes derrière leur chandail, je crois que “MD” enverrait un message fort», estime Duvernay-Tardif, dont le patronyme de 15 caractères compte déjà parmi les plus longs de l’histoire de la NFL. Faudrait en ajouter deux, plus un espace. «Mon but n’est pas un trip d’ego», insiste-t-il, «mais de montrer aux gens que c’est possible! Un jeune qui regarde le football et qui voit ça, il se dit que s’il rêve de jouer au soccer tout en étant ingénieur ou en faisant du théâtre ou peu importe, il va réaliser que c’est possible de combiner deux passions au plus haut niveau.»

+

PLACE À L'ÈRE MAHOMES

Avec Alex Smith échangé, l’attaque des Chiefs de Kansas City passe à l’ère Patrick Mahomes. «C’est la nouvelle star! On va voir comment il va se développer, mais je suis super confiant, pour l’avoir vu jouer l’an dernier contre les Broncos en fin de saison. Il a réussi à convertir des troisièmes et long avec des passes hyper précises. Je pense qu’il a beaucoup de potentiel», indique Laurent Duvernay-Tardif, garde à droite partant des Chiefs, à propos du choix de première ronde (10e au total) de Kansas City en 2017. Un nouveau réseau de communication devra être établi entre ce pivot plus mobile et ses joueurs de lignes. L’acquisition du receveur Sammy Watkins apportera un nouvel outil à l’attaque, tandis que les départs de secondeurs, dont Derrick Johnson, du maraudeur Ron Parker et du demi de coin Marcus Peters forcera l’instauration d’une nouvelle chimie en défensive.