Le caricaturiste André-Philippe Côté devant sa tablette à dessin.

Du Côté de 2019

Le nouveau recueil de caricatures d’André-Philippe Côté est sur les tablettes des librairies, et vous pouvez l’offrir à votre mère, votre frère, au facteur, à votre professeur, à la belle-mère, au jeune cousin…

«J’aime montrer que la politique c’est quelque chose de tous les jours, de montrer comment la politique existe dans le quotidien des gens, que ce n’est pas une sphère séparée du monde, une bulle au pouvoir», laisse savoir Côté, le caricaturiste du journal Le Soleil.

Il signe son 22e album, De tous les... Côté 2019, et revient sur les rebondissements de l’année 2019 avec un regard amusé et humaniste.

«Il y a des enfants de 10 ans qui l’achètent et ils regardent les dessins, les jokes. En même temps, ils s’initient à la politique, ils posent des questions. J’ai des profs de philo, des chauffeurs de taxi… C’est quelque chose qui s’adresse à tout le monde. J’ai toujours aimé les artistes qui ne s’adressent pas seulement à une tranche de la population.»

La politique dans la vie des gens

En faisant sa sélection de l’année, Côté a été frappé par le nombre plus petit de têtes politiques dans ses dessins. 

«J’ai fait plus de social, plus d’écologie. J’ai décollé de la politique et ça me fait plaisir parce que la politique québécoise est très redondante. Toujours les mêmes débats… comme la laïcité, les hôpitaux et les urgences. Ça fait combien de temps qu’on en parle? Et ce n’est pas fini.» 

Il préfère parler des usagers, des gens. Le caricaturiste est d’avis qu’il y a moyen de parler de politique, sans parler des politiciens.

«L’impact de la politique sur la vie du quotidien, c’est ça qui m’intéresse. Ils sont tous habillés pareils. Ils ont tous tendance à éliminer le moindre détail qui dépasse, alors que ce n’était pas le cas dans les années 60. Il y a un conformisme vestimentaire, comportemental en politique qui s’est tranquillement installé», explique-t-il.

D’ailleurs, c’est pour cette raison que Catherine Dorion l’a le plus amusé cette année, c’est peut-être même un petit coup de cœur.

«Elle fait bouger. Je sais que ce n’est pas des enjeux majeurs. Mais c’est un personnage agréable à dessiner… surtout que maintenant le maire Labeaume est plus effacé, plus discret. Il continue à œuvrer, mais on le voit moins.»

Parmi les nouvelles catégories, il est impossible d’oublier le président américain Donald Trump, qui en a fait voir de toutes les couleurs, encore une fois. 

«À lui tout seul il pourrait faire un livre. C’est invraisemblable, mais ça existe… Il envenime beaucoup la politique un peu partout et il inspire d’autres personnages du même genre, mais il fallait le laisser.» 

André-Philippe Côté feuilletant son nouveau recueil de caricatures.

Quand le soleil se lève

«Je commence vers 4h30 le matin, c’est mon heure. J’ai pris cette habitude-là quand on avait les enfants à la maison, c’était le seul moment où ils ne demandaient rien, où tout le monde dort. J’aime bien ça. J’ai conservé cette habitude.»

Côté, dans le calme et le silence total chaque matin, essaie de trouver un moyen de représenter les nouvelles visuellement. Il feuillette le journal et laisse aller sa créativité. Il pond une dizaine d’esquisses, puis les envoie à la rédactrice en chef du Soleil, Valérie Gaudreau. 

«Elle me dit ses préférées et à partir de là, une fois qu’on a décidé, je fais les dessins et on ajoute les couleurs!»

Le recueil de Côté fait donc un survol des importances nouvelles entre octobre 2018 et octobre 2019. 

«Ça va assez vite la sélection. Les critères sont bien sûr les plus populaires et les événements les plus importants, comme les élections.»

Les caricatures abordant les sujets des changements du guide alimentaire et la tendance zéro déchet ont été les plus populaires, les gens de partout dans le monde peuvent s’y identifier. 

Évidemment, le caricaturiste doit choisir parmi des centaines de dessins, exercice qui devient d’ailleurs de plus en plus facile…

«Maintenant, c’est facile de les sélectionner, avec l’ordinateur, tout est classé. Je suis un peu bordélique alors avant je ne classais rien. Il y avait beaucoup de manipulation.»

Pour se procurer le recueil : https://editions.lapresse.ca/products/copy-of-de-tous-les-cote-2018