Depuis quelques jours, la mairesse de Windsor, Sylvie Bureau, se trouve aux Îles-de-la-Madeleine qui ont été balayées par l’ouragan Dorian.

Des vacances décoiffantes pour la mairesse de Windsor

La mairesse de Windsor, Sylvie Bureau, se souviendra longtemps de ses vacances 2019. Celles-ci ont été pour le moins décoiffantes...

C’est que Mme Bureau se trouvait en fin de semaine aux Îles-de-la-Madeleine quand l’archipel a été balayé par l’ouragan Dorian.

À LIRE AUSSI: Dorian frappe les Îles-de-la-Madeleine [VIDÉO]

« Vous pouvez dire à mes concitoyens que je suis saine et sauve », lance-t-elle lorsque jointe au téléphone par La Tribune lundi.

« Nous étions plus au nord de l’île et dans une bâtisse solide. Les vents se sont levés samedi et on dirait que nos oreilles se sont faites à ça. Le vent nous a réveillés quelques fois dans la nuit de samedi à dimanche, mais pas plus. »

C’est dimanche matin que Sylvie Bureau et les autres touristes ont pris la mesure des dégâts. « J’ai vu des marinas, des boutiques près de la mer et des trottoirs en bois endommagés. Comme la saison de la pêche n’est pas terminée, les bateaux n’étaient pas sortis de l’eau. Ils se sont retrouvés empilés les uns sur les autres. Tout avait été arraché. Je n’ai pas vu des vents aussi forts de ma vie. »

La tempête post tropicale a produit des rafales qui ont varié entre 70 et 120 km/h samedi et dimanche. Au total, des précipitations de 43 mm de pluie ont été enregistrées, selon Environnement Canada.

Les vacances de Mme Bureau à Havre-Aubert étaient prévues depuis longtemps. C’était sa première présence aux Îles-de-la-Madeleine.

« Nous ne sommes pas les seules. C’est plein de Québécois en vacances à ce temps-ci de l’année, dit-elle. On savait que l’ouragan s’en venait, ce qui fait que nous avons téléphoné à l’auberge avant de prendre le traversier. On a décidé de venir pareil. »

« Nous avons perdu le courant de 10 h samedi à 16 h dimanche. Ce n’était pas des pannes difficiles à réparer. L’auberge est alimentée au gaz. Tout ce qu’on peut dire c’est qu’il n’a pas fait beau… Ici, ils sont habitués à affronter les vents. Mais cette fois, c’était vraiment fort. »

Sylvie Bureau a pu constater comment l’ouragan a endommagé les berges de l’île. « L’eau de l’océan est devenue rouge! La terre des Îles-de-la-Madeleine est rouge. »