Le principal témoin de la poursuite n’a pas été en mesure de se connecter via la plateforme web utilisée pour les causes des palais de justice.
Le principal témoin de la poursuite n’a pas été en mesure de se connecter via la plateforme web utilisée pour les causes des palais de justice.

Des problèmes de connexion forcent le report d’un procès pour leurre d’enfant

La technologie ne facilite pas toujours le processus judiciaire. Alors que devait se tenir le procès du Baieriverain Gervais Gilbert, accusé de leurre d’enfant, le principal témoin de la Couronne qui devait être entendu via le Web à partir de Québec n’a pas été en mesure de se connecter au système informatique du palais de justice. Le procès a donc été reporté au 5 octobre prochain.

Gervais Gilbert avait été arrêté en novembre dernier, à son domicile de La Baie, au Saguenay. Les policiers avaient reçu une information venant d’un individu de Québec. Cet individu, ayant eu vent de certaines histoires concernant l’accusé, aurait créé un faux profil Facebook pour pousser Gilbert à s’incriminer. Le faux profil était celui d’une adolescente de 12 ans. Finalement, ayant assez de matériel pour obtenir un mandat de perquisition, les policiers de Saguenay avaient saisi l’ordinateur de Gervais Gilbert et l’avaient arrêté. Il avait été accusé de leurre informatique sur une jeune fille de 12 ans, bien que cette victime soit fictive.

Selon les informations policières, le pseudonyme de Gervais Gilbert était Tryton Tryton et sa photo de profil Facebook était celle d’un petit chien blanc.

Le procès avait initialement été reporté en raison de la pandémie et devait se tenir jeudi, au Palais de justice de Chicoutimi. Alors que les deux parties étaient prêtes et qu’une plage horaire de quatre heures avait été allouée à la cause jeudi, le témoin de la poursuite, qui demeure à Québec, n’a pas été en mesure de se connecter via la plateforme Web utilisée pour les causes des palais de justice. Certains avocats ont d’ailleurs expliqué avoir eux-mêmes des difficultés à s’y connecter à certaines occasions, tout comme les journalistes.

Étant donné que le témoin ne pouvait pas se déplacer en personne rapidement, le juge Pierre Simard a accepté de reporter le procès.

Gervais Gilbert devra donc revenir en cour le 5 octobre prochain, pour subir son procès. Heureusement, les délais seront tout de même respectés et étant donné qu’il n’y a pas de « vraie » victime au dossier, la cour a consenti à reporter à une date ultérieure.