Les organisateurs disent vouloir sortir de cette «spirale de surconsommation» et aider les gens à se «réapproprier des savoir-faire».

Des événements au Québec pour contrer le Vendredi fou et le Cyberlundi

MONTRÉAL - Des organismes environnementaux organisent des événements aux quatre coins de la planète, dont à Montréal, pour contrer la valse de consommation qui se déroule pendant le Vendredi fou et le Cyberlundi.

Greenpeace et ses partenaires tiendront dans les prochains jours des activités pour, au contraire, revaloriser des objets qui ont déjà été achetés.

Pendant la deuxième édition du festival appelé «MAKE SMTHNG Week», les participants pourront notamment échanger des livres ou des vêtements, réparer des objets et créer des cadeaux de Noël responsables.

«On est à un point où, cette année, le 1er août, on a atteint la limite de ressources de ce que la planète pouvait produire en 2018», a expliqué en entrevue la porte-parole de Greenpeace Canada, Agnès Le Rouzic.

«Quand on est en train d’épuiser les ressources de la planète, ça nous semble important de faire passer le message qu’une autre voie est possible.»

Des activités se dérouleront dans 41 pays, dont au Canada, à Toronto et à Montréal.

À Montréal, deux événements sont prévus les 1er et 2 décembre. La première journée, l’artiste Renée Schwarz animera un atelier de fabrication de peluches. Le deuxième jour, un atelier de broderie sera offert par Greenpeace Québec et Mamie Lisette, une brodeuse de Montréal.

D’autres initiatives ont été lancées pour contester le Vendredi fou, dont la Journée sans achat, et le Vendredi vert.

Mme Le Rouzic croit que les consommateurs sont de plus en plus réceptifs à ce message.

«Les consommateurs sont de plus en plus conscients de l’obsolescence programmée des produits qu’on leur vend, des moments où on va leur donner des rabais pour leur faire naître le désir de consommer... Les gens ne sont plus très dupes aujourd’hui», a-t-elle soutenu.

Une hausse des achats prévue

Au Québec, 41 pour cent des consommateurs prévoyaient faire leurs emplettes vendredi et lundi, selon un sondage de L’Observateur réalisé pour le compte du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). En comparaison, 31 pour cent d’entre eux disaient avoir fait leurs achats pendant ces deux journées l’année dernière.

Les consommateurs sondés pensaient dépenser en moyenne 346 $, vendredi et lundi. À partir de ces chiffres, le CQCD estime que les ventes se chiffreront à 957 millions $.

Le sondage a été réalisé auprès d’un panel web de 10 000 consommateurs, entre le 30 octobre et le 8 novembre 2018. Les experts en recherche et en méthodologie jugent qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne, puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.

Aux États-Unis, une entreprise de technologie américaine prédisait aussi que l’achalandage serait plus important cette année. MasterCard SpendingPulse, qui suit tout type de paiement aux États-Unis, estime que les ventes atteindront les 23 milliards $ US, vendredi, ce qui est plus élevé que les 21 milliards $ US de l’an dernier. Avec l’Associated Press