Le Cégep de Sainte-Foy a suspendu quatre joueuses de basketball, la semaine dernière, et les obligera à effectuer 30 heures de travaux communautaires après leur retour en classe, mardi.

Des étudiantes du Cégep de Sainte-Foy suspendues pour des propos islamophobes

Le Cégep de Sainte-Foy dit espérer qu’une vidéo embarrassante partagée sur les médias sociaux et montrant des membres de son équipe féminine de basketball critiquant les immigrants et les musulmans servira d’outil d’apprentissage pour toute la communauté étudiante.

L’école a suspendu quatre joueuses, la semaine dernière, et les obligera à effectuer 30 heures de travaux communautaires après leur retour en classe, mardi.

Une vidéo diffusée sur Twitter montre les jeunes femmes, dans le vestiaire de leur équipe, tenir des commentaires désobligeants sur les immigrants. On peut notamment entendre : «Fuck les musulmans, man! Tous des terroristes.»

Selon certains médias, les étudiantes auraient déclaré qu’il s’agissait d’une blague, ce que n’a pas confirmé lundi Claude Boutin, responsable de la vie étudiante et porte-parole du cégep. En entrevue lundi, Mme Boutin a expliqué que quelles que soient leurs intentions, les commentaires étaient «inacceptables et irrespectueux». Le cégep a agi sur les propos tenus, peu importe le contexte, a-t-elle dit.

Après avoir été alertée par un courriel mercredi dernier, la direction du cégep a rencontré toute l’équipe féminine de basket, et elle a annulé le match qui devait avoir lieu vendredi soir. Elle a aussi rencontré les quatre joueuses concernées.

Regrets

Mme Boutin ne croit pas que les sanctions étaient trop sévères. Elle estime que le cégep «va faire œuvre éducative», et que «les conséquences vont être constructives pour l’avenir des jeunes».

«Des propos de cette nature-là, ça ne se prononce pas, ça ne s’enregistre pas, et ça ne se diffuse certainement pas, a-t-elle expliqué. Les jeunes concernées regrettent beaucoup leur geste : je pense qu’elles n’ont pas mesuré l’impact des paroles dites dans un contexte, et regrettent aussi la diffusion sur les médias sociaux.»

Mme Boutin a aussi indiqué que le cégep offrirait une formation sur l’impact des médias sociaux, qui serait présentée à l’équipe de basket, mais peut-être aussi aux autres équipes et à tous les étudiants. La direction n’a pas encore déterminé par ailleurs la nature des travaux communautaires que devront effectuer les quatre joueuses.

Soulagement à la mosquée

En décembre dernier, le chef de la police de Québec avait indiqué qu’il y avait eu 42 incidents de crimes motivés par la haine envers les musulmans en 2017, soit le double du nombre enregistré en 2016.

En janvier 2017, un homme armé a abattu six hommes musulmans dans une mosquée de Québec. Quelques mois plus tard, la voiture de l’ancien président de la mosquée a été incendiée. Un homme de Québec a plus tard plaidé coupable et il a été condamné à 12 mois de prison, en 2018.

Le président actuel de la mosquée, Boufeldja Benabdallah, a déclaré en entrevue qu’il était satisfait de la réponse de la direction du Cégep de Sainte-Foy dans l’incident de la vidéo. «C’est grave, mais ce sont des jeunes qui n’ont pas fait attention, et le cégep a pris des mesures tout de suite pour calmer le jeu, servir une leçon, a-t-il estimé. On ne va pas en faire une grande histoire, on tourne la page.»

M. Benabdallah se réjouit aussi que le cégep ait décidé d’offrir des ateliers de sensibilisation sur l’impact des médias sociaux. «Je leur tire mon chapeau, et on tourne la page», a-t-il lancé.

«Peut-être que ces jeunes seront exemplaires pour le futur, sachant qu’ils ont fait une gaffe comme ça.»