Selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC), les enfants de 8 à 12 ans ont partagé des photos ou des vidéos de nudité sur des sites Web gratuits non identifiés au cours des derniers mois.

Des enfants partagent volontairement des photos d'eux-mêmes nus sur Internet

FREDERICTON — La police met en garde les parents après que quatre jeunes enfants du Nouveau-Brunswick eurent volontairement publié en ligne des photos d'eux-mêmes nus.

Selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC), les enfants de 8 à 12 ans ont partagé des photos ou des vidéos de nudité sur des sites Web gratuits non identifiés au cours des derniers mois.

L’Unité de lutte contre l’exploitation des enfants sur Internet de la GRC a identifié les enfants à qui personne n’avait demandé ces images. Ils les avaient simplement partagées, a expliqué la sergente Chantal Farrah.

«Dans ces quatre cas, il n’y avait aucun délinquant (demandant des photos)», a-t-elle précisé mercredi.

Il a été possible de déterminer que chacun des enfants se trouve en sécurité, a-t-elle ajouté. Les policiers ont pu s’entretenir avec leurs familles.

La GRC soutient que ce genre de partage d’images est de plus en plus courant et elle encourage les parents à faire preuve de vigilance au sujet de ce que font les enfants sur Internet.

«Cela est malheureusement de plus en plus courant chez les jeunes, même chez les enfants, de partager des photos et des vidéos d’auto-exploitation sexuelle et une fois que le matériel est en ligne, on ne peut pas toujours l’effacer», a mentionné la porte-parole de la GRC.

«De nombreux jeunes ne réalisent pas non plus que le partage public d’images ou de vidéos à caractère sexuel d’une personne de moins de 18 ans est une infraction de pornographie juvénile», a-t-elle insisté.

En entrevue, Chantal Farrah explique que les enfants doivent comprendre qu’ils ne doivent rien faire sur Internet qu’ils ne feraient pas dans un centre commercial.

La GRC met en garde les parents et les gardiens d’enfants qu’ils devraient savoir en tout temps quels sites sont visités par les jeunes, surveiller régulièrement leurs appareils et leur parler des comportements appropriés à adopter.

Les policiers proposent même d’envisager la création d’un «contrat familial» à l’intérieur duquel on s’entend sur les règles d’utilisation d’Internet.

«Il n’est jamais trop tôt pour parler à vos enfants, assure Mme Farrah. Vous devez savoir ce que vos enfants font en ligne.»

Pour en savoir davantage, les parents sont invités à visiter le site cyberaide.ca.