Alors que le regroupement fera de la lutte contre l’isolement social son objectif principal en 2019, près de 400 membres de la FADOQ ont assisté à un match des Remparts dimanche.

Des défis importants pour les aînés

Retourner sur le marché du travail, contrer l’isolement social, favoriser une bonne qualité de vie : les défis sont nombreux pour les aînés du Québec en 2019. En marge du 50e anniversaire de la FADOQ, l’organisme compte bien profiter de l’occasion pour rappeler les priorités des gens du troisième âge.

«Notre objectif principal cette année c’est de lutter contre l’isolement social. Bien entendu, nous avons d’autres dossiers politiques sur lesquels on veut se faire entendre comme les droits des aînés, l’habitation, la mobilité en région, tous les problèmes qui se passent dans les CHSLD et dans le système de santé», explique Rosaire Roy, président de la FADOQ pour la région de Québec-Chaudières-Appalaches.

«Il est inconcevable qu’en 2019 on voit encore des cas de maltraitances envers les aînés, c’est un enjeu qu’on adresse régulièrement à la ministre Marguerite Blais», ajoute-t-il. «Pour elle, les aînés ne sont pas un dossier, mais une mission». 

Ces différents problèmes ont motivé la FADOQ à entamer une vaste tournée à travers le Québec, afin de sensibiliser les gens à la cause des aînés, de motiver les personnes âgées à participer à des activités et de briser l’isolement que certains peuvent vivre. 

Contrer la pénurie de main-d’œuvre?

Depuis qu’il est question du problème de pénurie de main-d’œuvre, diverses solutions ont été avancées sur la place publique. Souvent il fut question d’immigration, mais selon Rosaire Roy, les aînés pourraient aider à pallier une partie du problème.

«Il y a beaucoup de personnes âgées qui sont prêtes à revenir sur le marché du travail, à temps plein ou partiel. Il faut savoir qu’il y a des gens dans ce groupe d’âge qui ont besoin de ce revenu additionnel. […] Ça aide à lutter contre l’isolement, et en réintégrant ces gens à la société, on leur permet de transmettre leur expérience aux plus jeunes.»

M. Roy croit que cette réintégration au marché du travail peut aussi être bénéfique pour l’opinion générale envers les personnes âgées et le rôle qu’elles peuvent encore jouer au sein de la société.

50 ans, ça se fête

Regroupant 510 000 membres à l’échelle de la province, la FADOQ trouve admirable l’implication de ces milliers de bénévoles depuis des décennies. Du bénévolat qui a un impact majeur sur plusieurs services à la population.

«Si les milliers de bénévoles de la FADOQ, qui s’impliquent dans de nombreux services et organisations, cessent de donner de leur temps, ça va avoir un effet majeur sur le fonctionnement de la société québécoise», selon Rosaire Roy.


« Il y a beaucoup de personnes âgées qui sont prêtes à revenir sur le marché du travail, à temps plein ou partiel »
Rosaire Roy, président de la FADOQ de la région de Québec-Chaudière-Appalaches

Mais le président de la FADOQ pour la région de Québec-Chaudières-Appalaches est particulièrement fier du chemin parcouru par sa génération en cinquante ans.

M. Roy rappelle qu’à l’époque des années 50 et 60, peu de Québécois avaient droit à une bonne éducation, ainsi qu’un emploi de bonne qualité comme c’est le cas aujourd’hui. Cela contribue à une meilleure qualité de vie pour les gens de cette génération. 

«La FADOQ, c’est le regroupement de milliers de gens qui ont contribué à construire le Québec d’aujourd’hui, et ça, c’est important ne pas l’oublier», ajoute-t-il. 

Près 400 membres de la FADOQ étaient réunis dimanche au Centre Vidéotron pour assister au match entre les Remparts et le Drakkar.