Le chef du personnel militaire du Collège royal de Saint-Jean, le lieutenant-général Charles Lamarre, a déclaré que la profanation de tout symbole religieux par un membre des Forces canadiennes ne sera pas tolérée.

Des cadets du Collège militaire de Saint-Jean accusés d’avoir profané le Coran

OTTAWA — Quatre cadets du Collège militaire royal de Saint-Jean ont été accusés d’avoir profané un Coran avec du bacon et des fluides corporels pendant la longue fin de semaine de Pâques.

L’incident allégué aurait eu lieu lors d’une fête dans un chalet et aurait impliqué en grande partie des étudiants de première année du collège militaire.

«Quatre de ces individus sont allés dormir à un moment donné et quatre autres individus sont restés debout et ont malheureusement profané un Coran, a déclaré le lieutenant-général Charles Lamarre. Ils l’ont profané avec, si je ne me trompe pas, des fluides corporels et il y avait peut-être du bacon aussi.»

Le lieutenant-général Lamarre n’a pas voulu préciser la nature des fluides corporels, mais des sources ont dit à La Presse canadienne qu’il s’agirait de sperme.

Il a dit que des commandants militaires ont été mis au courant des gestes présumés lorsque des vidéos ont été montrées à d’autres étudiants, qui plus tard ont rapporté l’incident.

«Ces cadets ont pris l’initiative de rapporter cela à leurs supérieurs», a déclaré M. Lamarre.

Une enquête lancée par la suite par le commandant du collège a permis de croire que les quatre cadets avaient enfreint les règles de l’armée, mais deux d’entre eux ont depuis fait appel.

Le lieutenant-général Lamarre a ajouté que son bureau se penchait sur le dossier et affirmé que la profanation de tout symbole religieux par un membre des Forces canadiennes ne serait pas tolérée.

«Ça nous attriste vraiment. Cela nous donne l’impression qu’ils ne comprennent tout simplement pas parfois, a confié M. Lamarre. Mais le fait est que la grande majorité d’entre eux comprennent. Et c’est pourquoi j’ai été heureux que ce soient les jeunes cadets eux-mêmes qui ont dit que ce n’était pas correct et qui l’ont rapporté.»

Profaner un Coran est considéré comme blasphématoire par les musulmans et de tels gestes ont déjà déclenché de violentes manifestations et des émeutes meurtrières ces dernières années. Le lieutenant-général Lamarre voit comme une bonne chose le fait que les vidéos de l’incident présumé ne semblent pas avoir été partagées sur les médias sociaux.

«C’était l’une des choses qui nous préoccupaient, car (les vidéos) peuvent être extrêmement choquantes pour un certain nombre de personnes», a-t-il dit.

M. Lamarre a néanmoins déclaré qu’il avait personnellement contacté un imam de Montréal, Hassan Guillet.

L’incident allégué à Saint-Jean est survenu alors que le lieutenant-général Lamarre et d’autres officiers supérieurs tentent d’amener les Forces armées à se diversifier.