Des appareils électroniques rendus désuets par la pandémie

Stéphane Bouchard
Stéphane Bouchard
Le Quotidien
La généralisation du télétravail en raison de la pandémie de COVID-19 amène les entreprises et les individus à renouveler leur matériel informatique, augmentant ainsi le nombre d’appareils électroniques désuets.

Avec le confinement, plusieurs employés ont dû se tourner vers le travail à la maison du jour au lendemain. L’école, que ce soit au niveau primaire, secondaire, collégial ou universitaire, a aussi pris un virage technologique.

Le gouvernement du Québec a d’ailleurs créé au printemps un programme de 150 millions de dollars pour aider les élèves qui ne posséderaient pas le matériel informatique nécessaire pour suivre leurs cours à distance.

Le porte-parole de l’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE), le vulgarisateur scientifique Martin Carli, explique qu’il existe environ 150 produits électroniques différents qui peuvent être récupérés.

«Ça va de l’ordinateur, à l’imprimante, au téléphone cellulaire, à la console de jeu vidéo, et ainsi de suite.»

La pandémie a fait augmenter la consommation d’appareils électroniques, mais la tendance était tout de même à la hausse avant que ces circonstances exceptionnelles ne bousculent le quotidien de toute la population.

«L’an dernier, en 2019, c’était aussi une année record pour ce qui est de l’achat des produits électroniques», précise M. Carli.

Bien que de garder chez soi ses vieux appareils électroniques ne soit pas mauvais en soi, il n’est pas conseillé de le faire.

«On empêche de réintroduire dans la chaîne de production des ressources qui ont déjà été extraites du sol. On peut penser à des ressources comme de l’or, du cuivre, de l’argent, du palladium. C’est comme si on avait des mini mines à la maison», image celui que l’on connaît pour son rôle de coanimateur de l’émission Génial à Télé-Québec.

Le vulgarisateur Martin Carli est le porte-parole de l’Association pour le recyclage des produits électroniques. Il participe également à l’émission <em>Génial</em>, diffusée à Télé-Québec.

Martin Carli ajoute que la plupart de ces matériaux ne perdent pas leurs propriétés avec le temps. L’or, par exemple, est un excellent conducteur électrique. Ce métal a aussi l’avantage de résister à la corrosion. L’or qui dort dans les téléphones cachés dans le fond d’un tiroir peut donc être réutilisé.

Les substances polluantes qui se trouvent dans les appareils électroniques sont aussi éliminées convenablement lorsqu’on fait affaire avec un des points de service officiel.

Selon les statistiques de l’ARPE, environ 60 % des Québécois auraient en leur possession des appareils électroniques dont ils ne se servent plus. L’organisme rappelle qu’il existe environ un millier de points de service pour déposer les appareils électroniques obsolètes.

Plus d’informations peuvent être trouvées sur le site www.recyclermeselectroniques.ca.