Enrick Rosby a eu la chance de tomber sur le hockeyeur professionnel David Perron, lundi soir au parc Coeur-Immaculé-de-Marie, près de la 15e Avenue et de la rue Chalifoux dans l’Est de Sherbrooke. Il lui a remis un bâton signé.
Enrick Rosby a eu la chance de tomber sur le hockeyeur professionnel David Perron, lundi soir au parc Coeur-Immaculé-de-Marie, près de la 15e Avenue et de la rue Chalifoux dans l’Est de Sherbrooke. Il lui a remis un bâton signé.

David Perron fait le bonheur d’un jeune patineur

En se rendant à la patinoire du coin après sa journée d’école, le petit Enrick Rosby espérait simplement pouvoir patiner, comme il le fait si souvent au parc Coeur-Immaculée-de-Marie, dans l’Est de Sherbrooke. Jamais il n’aurait pensé croiser David Perron lundi soir, à quelques jours de sa participation au Match des étoiles de la LNH.

« Le garçon de ma copine est parti sans bâton au parc, juste l’autre bord de la rue devant la maison. À un certain moment, sa mère a jeté un coup d’œil pour voir si tout se passait bien. Elle a vu qu’il jouait au hockey avec un père et son petit garçon. Quand il est revenu à la maison, il avait un bâton de hockey signé par David Perron. Il m’a expliqué qu’il avait croisé un joueur des Blues de St Louis. Quand David a vu qu’il n’avait pas de bâton, il lui en a donné un, il lui a mis du ruban et ils sont allés patiner ensemble », explique Martin Laprise.

À LIRE AUSSI:  Perron se souvient de Nolan et Heatley

L’attaquant des Blues a effectivement pris de courtes vacances en région, à sa résidence de Magog, tout en profitant de son escale en Estrie pour rendre visite à ses parents dans l’arrondissement Fleurimont.

Lors d’un entretien avec La Tribune, David Perron confiait vouloir aller faire un tour en famille sur le lac Memphrémagog mardi, la veille de son départ vers St Louis et le Match des étoiles. Finalement, tout indique qu’il en a également profité pour amener sa famille patiner dans un petit parc de quartier.

« Je connais bien David pour avoir joué souvent au hockey avec lui à Fleurimont. On vient du même coin. J’ai donc pris une photo d’Enrick avec son bâton signé et je l’ai envoyée à David, qui m’a aussitôt répondu. Il trouvait que c’était une drôle de coïncidence! Le pire, c’est que le garçon de ma copine ne se rend pas compte encore de toute la chance qu’il a eue! »


« Il m’a demandé si je voulais jouer avec eux. »
Enrick Rosby

En effet, le petit Enrick ne se doutait de rien au départ.

« Il était en train d’attacher les patins de son garçon et de sa fille, raconte le garçon de dix ans. Il m’a demandé si je voulais jouer avec eux. J’ai répondu que ça me tentait, mais que je n’avais pas de bâton. Je l’avais oublié. La mère à David est allée en chercher un dans l’auto pour que je puisse jouer moi aussi. On s’est fait des passes et on a tiré au but. On a joué ensemble un méchant bout. Quand on est revenus dans la cabane, je lui ai demandé son nom. Il m’a dit qu’il s’appelait David Perron. C’est là que je l’ai reconnu. J’étais bien content et on est repartis au même moment. »

Le petit Enrick compte donc garder précieusement le bâton offert par son nouvel idole et risque d’être un téléspectateur fort attentif, vendredi et samedi, lorsque le hockeyeur sherbrookois représentera la division Centrale lors du week-end des étoiles de la LNH.

Thomas Chabot au parc Debonair

Cette histoire n’est pas sans rappeler celle de Guillaume Ouimet, qui travaillait ses feintes seul sur la patinoire le matin du 9 janvier 2018 à Mont-Tremblant, quand il a reçu la visite d’un certain Sidney Crosby.

Ou encore celle des jeunes de l’Est de Sherbrooke, qui avaient eu le même genre de surprise à pareille date l’an dernier en croisant le défenseur étoile des Sénateurs d’Ottawa, Thomas Chabot, au parc Debonair.

Celui qui aurait été en région pour rendre visite à la famille de sa copine durant une courte pause la saison dernière avait alors échangé quelques passes avec un groupe d’adolescents du coin, à leur plus grande surprise. Une histoire qui n’avait pas fait les manchettes... jusqu’à aujourd’hui.