Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie : « Tous les nouveaux cas proviennent de l’extérieur du Canada. Il faut collaborer avec les autorités en respectant les consignes lorsqu’ils arrivent d’un pays affecté par la COVID-19 ».

COVID-19 : un premier cas en Estrie

 Un premier cas positif à la COVID-19 a été confirmé en Estrie.

Le directeur de la santé publique en Estrie, le Dr Alain Poirier, confirme qu’une personne de la région qui a voyagé récemment en Italie a été diagnostiquée comme étant porteuse du coronavirus, mercredi en fin de journée.

À LIRE AUSSI: Un cas de COVID-19 confirmé en Mauricie

Coronavirus: 30% à 70% des Canadiens pourraient être infectés, dit Ottawa

Les Sharks disputeront leurs trois prochains matchs, dont le CH, à huis clos

La santé publique est prête à affronter le coronavirus

Coronavirus au Québec: l’inquiétude monte d’un cran

« La personne infectée demeure isolée chez elle et elle se porte bien. De façon à respecter la confidentialité et nous assurer de la collaboration de la population, nous ne dévoilerons pas plus de détails sur cette personne. Il est essentiel que les gens nous informent s’ils présentent des symptômes afin d’être diagnostiqués et que des mesures puissent être prises pour éviter la propagation », explique le Dr Poirier.

Il explique que les autorités de la santé publique vont informer les gens qui ont été en contact avec la personne infectée.

« Il faut s’assurer de limiter la propagation. Il y avait 3200 nouveaux cas par jour il y a un mois en Chine, il y en a maintenant moins de 20. Au Québec, nous réussissons à limiter la propagation de la COVID-19. Pour ce faire, les gens doivent collaborer, s’isoler et consulter en cas de symptômes. Les cas positifs doivent aussi suivre les consignes des médecins. La situation demeure sous contrôle et nous souhaitons la maintenir ainsi », explique le Dr Poirier.

 Le cas lié à la COVID-19 en Estrie s’ajoute aux huit autres cas recensés au Québec. Les dossiers de 136 autres personnes sont sous analyse et leur origine géographique ne peut être divulguée par la santé publique. Un total de 570 analyses se sont aussi avérées négatives au Québec.

« C’est une donnée qui ne peut pas être révélée et qui reste confidentielle. C’est une maladie à déclaration obligatoire et c’est le ministère de la Santé qui rend les confirmations publiques une fois qu’elles sont confirmées », explique le directeur de la santé publique en Estrie.

Il invite les gens qui présentent des symptômes relatifs au coronavirus soit de la fièvre, de la toux et quelques cas ayant des difficultés à respirer de collaborer avec les autorités, de se placer en quarantaine et de consulter un médecin.

Recommandations

« Il faut s’assurer que chaque personne malade n’infecte pas les autres. Le personnel de la santé doit aussi se protéger avec des masques », mentionne le Dr Poirier. 

Il invite les gens à éviter les zones à risque comme la Chine, l’Italie ou l’Iran et à suivre les recommandations gouvernementales d’éviter les croisières. Le docteur Poirier demande aussi aux entreprises d’éviter les voyages d’affaires pour leurs employés et aux voyageurs provenant de l’étranger à ne pas hésiter à contacter le 8-1-1 ou à consulter s’ils présentent des symptômes.

« Tous les nouveaux cas proviennent de l’extérieur du Canada. Il faut collaborer avec les autorités en respectant les consignes lorsqu’ils arrivent d’un pays affecté par la COVID-19 », mentionne le directeur de la santé publique en Estrie.

La responsabilité d’effectuer le test pour diagnostiquer le coronavirus sera transférée vers les différentes régions du Québec.

« Ce n’est pas une analyse qui est compliquée à faire. L’objectif demeure d’accélérer le processus afin d’éviter que des gens restent en quarantaine inutilement s’ils ne sont pas porteurs de la COVID-19 », signale le Dr Poirier.

Le directeur de la santé publique en Estrie explique que la COVID-19 présente la caractéristique particulière de s’attaquer aux poumons.

« Les cas les plus sévères sont hospitalisés. On doit les intuber et donner de l’oxygène. Les personnes plus âgées présentant des problèmes cardiaques et pulmonaires sont plus à risque de développer des complications. Le taux de mortalité de la COVID-19 est de 3 à 4 pour cent, alors que l’influenza, en comparaison, est d’environ 0,2 pour cent. Le taux d’hospitalisation des gens atteint de la COVID-19 est de 16 pour cent. Avec des hôpitaux déjà pleins au Québec, il faut éviter la propagation », croit le Dr Poirier.

Il est possible d’obtenir davantage d’information sur la COVID-19 sur le site Internet du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec au www.MSSS.gouv.qc.ca.