Chasse au dindon sauvage: Québec vendrait des permis illégalement

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs vendrait illégalement des permis de chasse au dindon sauvage à des non-résidents du Québec, une situation que le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, a mise en lumière cette semaine lors de l’étude des crédits budgétaires du ministère.

«Les non-résidents ont le droit de chasser s’ils ont un permis...» a déclaré le ministre Luc Blanchette, interrogé par M. Roy, qui est également porte-parole de l’opposition officielle en matière de faune. «Les permis sont en vente, sauf que dans les règlements, ce n’est pas écrit», a répliqué le péquiste. «Selon le règlement, les non-résidents du Québec n’ont pas le droit de chasser le dindon sauvage. À la limite, on pourrait dire que la vente de permis est illégale.»

Le ministre Blanchette n’était pas au courant de la situation, mais a assuré que son gouvernement allait faire les clarifications qui s’imposent et apporter les correctifs nécessaires. «Je ne pensais pas qu’il y avait une faille dans la réglementation», a-t-il assuré au député Roy, qui déplorait que les permis soient en vente depuis l’ouverture de la chasse le 27 avril sans que la réglementation soit adaptée.

Jeudi, Sylvain Roy a déclaré au Soleil que ce n’était pas la première fois que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs avait ce genre de problème de communication. «Quand il a été annoncé que les permis de pêche seraient gratuits, les agents de la faune l’ont appris par Facebook...» rappelle-t-il.

C’est parce que la chasse au dindon sauvage nécessite une formation spécifique en plus du cours de maniement d’armes qu’elle n’est pas permise aux non-résidents en vertu du Règlement sur la chasse. Pourtant, des permis ont été vendus cette année 171,35 $ pièce à des non-résidents, insiste Sylvain Roy. «C’est quelque chose qu’on a découvert, le ministère offre de vendre des permis sans s’être référé à la loi qui, nulle part, ne stipule que les non-résidents peuvent chasser le dindon sauvage.»

M. Roy se demande maintenant si le ministère devra rembourser les permis aux non-résidents qui chassent le dindon sauvage illégalement avec l’approbation du gouvernement.