Michel Simard, président et éditeur du Quotidien et du Progrès, ainsi que Claude Gagnon, président-directeur général de Groupe Capitales Médias, ont félicité Denis Bouchard (au centre), qui assumera la fonction de directeur général en plus des rôles de rédacteur en chef et d’éditeur adjoint à compter du 1er mars.

Changement à la direction du Quotidien et du Progrès

Le président et éditeur du Quotidien et du Progrès, Michel Simard, prend sa retraite après près de 16 années au sein de l’organisation. Son départ entraîne des changements au sein de la direction des journaux, notamment la nomination de Denis Bouchard à titre de directeur général.

Claude Gagnon, président-directeur général de Groupe Capitales Médias, a annoncé mardi matin le départ à la retraite de Michel Simard le 1er mars prochain. Ce dernier assumait le rôle de président et éditeur des journaux depuis février 2007. Il avait d’abord été embauché comme rédacteur en chef en août 2003.

« Le Quotidien, Le Progrès et Groupe Capitales Médias doivent beaucoup à Michel Simard, qui a su s’investir à plein dans une période où les changements se sont succédé à un rythme accéléré. Avoir quelqu’un qui venait du monde syndical a été une bonne chose pour nous. Michel Simard a été une aide extrêmement précieuse, un gars très déterminé qui n’accepte pas l’échec. Il était prêt à prendre les dossiers les plus compliqués en charge », affirme Claude Gagnon.

Le départ de Michel Simard mène à une réorganisation de la direction du Quotidien et du Progrès. Le modèle déjà mis en place au Nouvelliste, à La Voix de l’Est et à La Tribune sera instauré. Ainsi, en plus de sa fonction de rédacteur en chef et d’éditeur adjoint, Denis Bouchard occupera la nouvelle fonction de directeur général. Claude Gagnon agira comme éditeur à distance.

« Il y a moins de gens qu’auparavant et moins de ressources financières. On doit donc travailler en fonction de ces nouvelles réalités. »

Denis Bouchard compte plus de 40 années d’expérience dans le domaine des médias. Il cumule 25 années à la couverture de l’actualité régionale et assume des fonctions de gestion au sein des journaux depuis 2004.

« Nous sommes heureux de pouvoir compter sur sa rigueur, son expertise et sa contribution à notre mission d’éditeur de contenus régionaux multiplateformes. Diriger un journal n’est pas simple. Ça prenait quelqu’un avec une forte expérience, qui connaît bien la région et qui a travaillé avec l’équipe. C’était naturel de confier le mandat à Denis Bouchard », estime Claude Gagnon.

Denis Bouchard est prêt à relever un nouveau défi.

« Je veux me concentrer sur notre rôle premier qui consiste à produire un quotidien qui reflète bien le Saguenay-Lac-Saint-Jean, un quotidien qui a la vigueur du fjord et l’immensité du lac. Il faut rester connectés sur notre lectorat qui évolue aussi. Mon objectif consiste à travailler pour mettre en place une structure pour un avenir à moyen terme. Il faut faire en sorte que nos journaux demeurent dynamiques, des leaders. »

Tel qu’annoncé précédemment, l’équipe de direction est complétée par Andréanne Simard, directrice principale opérations et finances, et Mélissa Duchesne, directrice principale ventes et marketing.

Michel Simard, président et éditeur du Quotidien et du Progrès, prend sa retraite après 41 ans dans le monde des médias de la région.

+

MICHEL SIMARD FIER DE SA CARRIÈRE

 Michel Simard s’apprête à tourner la page sur une carrière de plus de 40 ans dans l’industrie des médias régionaux. Le président et éditeur du Quotidien et du Progrès part pour la retraite avec un sentiment de fierté et la conviction que la presse régionale est un joyau dont il faut prendre soin. 

La décision était prise depuis un moment déjà. En 2018, année qui coïncidait avec sa 40e année au sein des médias régionaux, Michel Simard allait prendre sa retraite. La fermeture des presses du Progrès du Saguenay l’a poussé à retarder le moment de partir de quelques mois. Il souhaitait vivre cette épreuve, la plus difficile de sa carrière, avec les employés. 

Ces quelques mois lui ont également permis d’assurer la transition avec la nouvelle équipe de direction issue d’un mélange de jeunesse et d’expérience. « C’est une de mes plus grandes fiertés. Je laisse l’entreprise que j’ai participé à bâtir à Denis Bouchard et à deux directrices de moins de 40 ans », se réjouit-il. 

Michel Simard a toujours œuvré au sein des médias régionaux. Une carrière qui le comble de fierté. « Je me considère extrêmement chanceux et privilégié d’avoir eu une carrière comme celle-là », affirme-t-il. 

Michel Simard a fait ses débuts au Réveil de La Baie à titre de journaliste sportif en 1978. En 1992, il est devenu conseiller syndical à la Fédération nationale des communications (CSN). En 1999, il a pris la direction de l’information chez Cogeco radio télévision. En 2002, il est devenu chef de l’information à la télévision de Radio-Canada. En 2003, on lui a offert le poste de rédacteur en chef du Quotidien et du Progrès-Dimanche, entreprise dont il a été nommé président et éditeur en 2007.

« Ç’a été un plaisir de travailler avec toutes ces entreprises », assure celui qui se souvient encore parfaitement de ses débuts au Quotidien et au Progrès-Dimanche. « Quand on m’a proposé le poste de rédacteur en chef, j’avais l’impression d’atteindre le sommet. Jamais je n’aurais pensé devenir président et éditeur un jour. »

Michel Simard estime qu’il a pu avoir cette carrière parce qu’il était bien entouré. Certaines personnes ont particulièrement marqué son parcours. « Julien Perron de la CSN, Guy Simard de Cogeco télé, Guy Granger du Quotidien, Guy Crevier de Gesca et Martin Cauchon de Groupe Capitales Médias ont été des mentors. Je les remercie. »

Aujourd’hui, il est fin prêt à passer à autre chose, à profiter de la vie et des siens. « Je suis fier de sortir à ce moment où je suis encore en forme. »

Les dernières années ont été riches en émotions pour le président et éditeur. Il se rappelle notamment avoir vécu le moment le plus stressant, mais aussi un de ses plus beaux défis avec le transfert du Progrès le samedi. « C’était tout un défi, mais aussi une des plus belles réalisations. La région a été extraordinaire. Elle a bien reçu le changement. »

Il n’oublie pas non plus la confiance que lui a témoignée Martin Cauchon, propriétaire de Groupe Capitales Médias, au cours des trois dernières années. « J’ai été négociateur principal dans une négociation avec 18 syndicats. C’est un grand défi que je suis fier d’avoir relevé. Martin Cauchon m’a manifesté une confiance absolue dans ce dossier. Ces négociations, c’était peut-être le point culminant de ma carrière. C’était la première fois que je travaillais directement avec un propriétaire. Ce rôle qu’on m’a confié était stressant et exaltant. C’est aussi comme si je bouclais la boucle. »

Il part, mais demeure soucieux du sort des journaux. 

« Je ne peux que souhaiter une longue vie au Quotidien et au Progrès. La conjoncture n’est pas facile, mais si une équipe peut réussir, c’est la nôtre. L’information régionale de qualité a une valeur inestimable. C’est notre joyau qu’il faut protéger. C’est ce qui va nous permettre de survivre. »