Cannabis interdit partout à Québec

La Ville de Québec interdira la consommation de cannabis dans tous les lieux publics sur son territoire. L’administration Labeaume souhaite adopter une réglementation plus restrictive au départ de la légalisation le 17 octobre, quitte à y apporter des assouplissements.

«C’est une approche plus restrictive, plus conservatrice», a lancé d’entrée de jeu Régis Labeaume. Que nous soyons en faveur ou contre, nous devons faire face à la musique en s’adaptant à ce nouveau paradigme», a-t-il ajouté.

En interdisant la consommation dans tous les lieux publics (parcs et rues), Québec, comme bien d’autres villes, fait fi des recommandations du directeur de santé publique de la capitale. La semaine dernière, il s’inquiétait du fait que «cela accroît les risques pour la santé des enfants et des personnes vulnérables et le risque de nuisance pour le voisinage» s’il est permis de fumer seulement dans les lieux privés fermés. Pour les locataires, l’interdiction de fumer dans un lieu public restreint le nombre d’endroits légaux où il serait permis de consommer puisque la majorité des propriétaires d’immeubles interdiront la consommation dans les logements.

«C’est un phénomène qu’on ne connaît pas, rétorque M. Labeaume. On pense que jouer “fessier un peu” et constater comment ça se passe dans les prochains mois, ça nous semblait la position la plus responsable pour des questions de santé et d’acceptabilité sociale. On va s’ajuster», laisse-t-il entendre.

D’ailleurs, le règlement prévoit la création «d’un comité élargi regroupant différents intervenants issus de certains services municipaux directement impactés, du secteur de la santé, du monde universitaire et du secteur communautaire qui poursuivra une démarche proactive de veille et de suivi». Le comité se donne un délai de 18 mois pour faire des recommandations.

La réglementation de la Ville de Québec s’inscrit en ligne droite avec celle de Lévis et de L’Ancienne-Lorette qui ont également misé sur l’interdiction totale. 

Plus encore, M. Labeaume a eu la confirmation que la Commission des champs de Bataille (Plaines d’Abraham) et le Port de Québec interdiront aussi la consommation sur leur propriété.

Reste la question de l’application de la réglementation lors des festivals et événements. À ce sujet, le directeur de police, Robert Pigeon, entend faire respecter la loi dans les limites du gros bon sens, sous-entend-il. «Comme pour l’alcool, on a toujours un certain pourvoir discrétionnaire et on se fie au jugement des policiers.»

Les personnes prises à consommer ou sous l’effet du cannabis dans un lieu public s’exposent à une amende de 150 $, pouvant atteindre 1000 $ s’il s’agit d’une récidive. 

Deux visions opposées

«Nous aussi, on préconise la ligne dure et réévaluer au fur et à mesure si on peut être plus flexible», a commenté Jean-François Gosselin , chef du parti d’opposition officielle Québec 21. 

Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, s’inscrit plutôt en faux avec cette proposition. «Comme la santé publique l’a dit, il y a des gens qui ne pourront consommer une substance qui est maintenant légale. Chez eux, ce sera interdit, dans les lieux publics ce sera interdit, où ces gens vont-ils aller?» questionne-t-il.

Soyons sérieux. Les gens consomment déjà dans les lieux publics. S’il fallait arrêter tous les gens qui vont au Festival d’été, il n’y aurait pas un chat.» Selon lui, la réglementation est inapplicable et constitue une forme de «puritanisme».