Aaron Brown a devancé Andre De Grasse de trois millièmes de seconde à la finale du 100 m, vendredi.

Brown a prouvé qu’il faisait partie de l’élite mondiale aux Championnats canadiens

MONTRÉAL — Il ne fallait pas se surprendre de la réaction d’Aaron Brown lorsqu’il a appris qu’il venait de devancer Andre De Grasse de trois millièmes de seconde à la finale du 100 m, vendredi, lors des Championnats canadiens d’athlétisme.

Lorsqu’il a entendu son nom au micro, Brown s’est mis à sauter et à crier. Non seulement il venait de décréter qu’il était le coureur le plus rapide au pays, il venait surtout de lancer un message clair : il ne souhaite plus être dans l’ombre de De Grasse.

«Je voulais prouver que je fais partie des meilleurs au monde», a lancé Brown, tout sourire, quelques instants après avoir remporté la fameuse épreuve face à De Grasse, triple médaillé olympique.

Après avoir été disqualifié pour avoir empiété sur l’autre couloir lors de l’épreuve de 200 m aux Championnats du monde en 2017, alors qu’il croyait d’abord qu’il avait remporté sa vague de qualification, Brown savait qu’il pouvait rejoindre l’élite mondiale.

«Je venais de connaître l’une de mes meilleures courses. Je savais que j’avais ce que ça prenait, que je pouvais rejoindre les meilleurs au monde, a raconté Brown. Je suis retourné à l’entraînement et j’ai bûché dur avec mon entraîneur. J’ai dû travailler aussi sur l’aspect mental pour revenir en force pour la prochaine occasion qui allait se présenter à moi.»

«Je veux prouver que je suis parmi l’élite mondiale. Je sais qu’il (De Grasse) l’est. Il l’a prouvé avec toutes les médailles qu’il a gagnées. Je sais que je suis capable aussi.»

Les comparaisons entre les deux sprinteurs ont fusé de partout dans les dernières années et elles se sont intensifiées au cours des dernières semaines, à l’approche des Championnats nationaux.

Bien que les deux athlètes se soient nourris de ces commentaires pour se motiver à l’approche de la course ultime, Brown voulait cesser d’évoluer dans l’ombre de De Grasse.

Le sprinteur voulait faire entendre haut et fort que sa victoire de l’an passé, aux dépens de De Grasse et Bismark Boateng, n’était pas qu’un coup de dés. Que cette victoire n’avait pas simplement été possible parce que son compatriote, De Grasse, s’était blessé.

«Je savais que, lorsque (De Grasse) est revenu à sa forme d’antan, si je ne gagnais pas, on allait encore nous comparer et on allait dire que j’avais gagné simplement parce qu’il était blessé, a soutenu l’athlète de 27 ans. Alors, pour être certain que ça n’arrive pas, je savais que je devais être au sommet de ma forme.»

«Cette victoire veut dire beaucoup pour moi parce que je sais que j’ai suivi mon plan de match à la perfection et que j’ai atteint mon objectif.»

Depuis quelque temps, Brown a choisi de partager l’envers du décor avec les amateurs par le biais de vidéos qu’il partage sur sa chaîne YouTube. Une façon farfelue pour lui de se préparer mentalement à affronter les épisodes stressants que peuvent amener les compétitions de haut niveau.

De son propre aveu, Brown est prêt à briller sur la scène internationale, malgré la pression qui se fait de plus en plus forte.

«La pression permet de polir les plus beaux diamants. Tu ne peux pas atteindre un niveau supérieur sans pression, a expliqué Brown. Les attentes les plus élevées amènent leur lot de pression. Mais je l’attends à bras ouverts. Parce que ça veut dire que je suis sur le bon chemin. J’ai déjà été dans cette position où je n’étais pas totalement prêt à supporter la pression, mais en ce moment, je suis très fort mentalement, tout va bien pour moi, alors je dois simplement poursuivre dans cette veine.»