L’ancien fabricant de téléphones intelligentsa affiché un bénéfice ajusté de trois cents US par action et des revenus de 213 millions $ US.

BlackBerry dépasse la cible des analystes

TORONTO — L’action de BlackBerry glissait à la Bourse de Toronto, vendredi, même si l’entreprise dit avoir amorcé l’exercice 2019 du bon pied en dépassant les attentes des analystes au premier trimestre.

Sur Bay Street, le titre de la société ontarienne abandonnait 8,4 pour cent, ou 1,31 $, en milieu de séance, pour se négocier à 14,30 $. L’action n’a pas terminé une séance sous la barre des 14 $ depuis le 4 mai.

L’ancien fabricant de téléphones intelligents, qui est depuis devenu une entreprise de logiciels, a affiché un bénéfice ajusté de trois cents US par action et des revenus de 213 millions $ US.

Cela a dépassé les attentes des analystes sondés par Thomson Reuters Eikon, qui s’attendaient à ce que les résultats ajustés de BlackBerry atteignent le seuil de la rentabilité et que ses revenus oscillent aux alentours de 208 millions $ US pour le trimestre terminé le 31 mai.

Les recettes tirées des logiciels et autres services ont été de 189 millions $ US, en hausse de 18 pour cent par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent.

Au cours d’une entrevue, le chef de la direction de BlackBerry, John Chen, a affirmé qu’il était satisfait des résultats, sans toutefois verser dans l’excès d’optimisme en ce qui a trait aux perspectives de croissance de la compagnie.

«Parfois, en étant trop optimiste, on attire le mauvais sort», a-t-il dit.

M. Chen a également expliqué s’attendre à ce la division QNX, qui offre au secteur automobile des systèmes de divertissement et d’informations, affiche une croissance graduelle pendant l’année financière même si la hausse a été de 31 pour cent au premier trimestre.

«Honnêtement, cela a été plus élevé que prévu», a expliqué le grand patron de BlackBerry au cours d’une conférence téléphonique avec les analystes.

M. Chen a indiqué que le nombre de véhicules équipés des logiciels offerts par BlackBerry était de 120 millions, par rapport à 60 millions il y a trois ans, ce qui engendre une hausse des redevances versées par les constructeurs automobiles.

Au premier trimestre, la compagnie a affiché une perte nette de 60 millions $ US, ou 11 cents US par action, par rapport à une perte nette de 10 millions $ US, ou six cents US par action à la même période l’an dernier.

BlackBerry a expliqué que ce résultat tenait compte d’une charge de 28 millions $ US liée à un ajustement à la valeur de sa dette et d’un autre charge d’amortissement de 22 millions $ US.

L’ex-fabricant de téléphones intelligents a également annoncé un partenariat avec Bullitt Group, un fabricant britannique de téléphones intelligents et d’appareils électroniques.