Beauce Carnaval fermé par la Santé publique à la dernière minute

Déception et surprise chez Beauce Carnaval, après que la Santé publique ait décidé de cesser les opérations du parc d’attractions ambulant, moins de deux jours suivant son ouverture. L’entreprise aurait appris la nouvelle vendredi matin, dans une lettre reçue par courriel, signée par le directeur national de la Santé publique, docteur Horacio Arruda.

« On est un peu déçu parce que la semaine dernière, nous avons eu les accords de tout le monde et c’était rendu public. Puis, à la dernière minute ce matin, ils ont décidé de changer notre raison sociale qui est un parc d’attractions, pour une fête foraine », explique Véronique Vallée, de l’administration chez Beauce Carnaval, visiblement secouée. Québec avait auparavant autorisé les opérations pour les parcs d’attractions, mais pas pour les fêtes foraines. Mme Vallée assure que Beauce Carnaval est reconnu comme un parc d’attractions depuis 1953.

Pour la saison 2020, les premiers tours de manège ont été lancés jeudi, à Saint-Georges. L’entreprise devait faire quatre arrêts dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean durant l’été, mais doit conclure sa tournée vendredi. Après une journée et demie d’exécution, Véronique Vallée a assuré que les mesures entreprises pour contrer la propagation du virus étaient à la hauteur, et approuvées par Santé Canada.

« On prenait la température de nos employés deux fois par semaine, on désinfectait les manèges après chaque tour, même si certains n’y croient pas, on le fait. Nos employés portent le masque et la visière, il y avait un sens unique, on avait les bonnes mesures », ajoute-t-elle. Elle souligne également que le parc avait plusieurs visiteurs vendredi après-midi et que personne ne semblait triste ou malheureux sur le terrain.

Impacts

Véronique Vallée note plusieurs impacts négatifs reliés à la fermeture du parc pour l’été. Des répercussions importantes sur les revenus de l’entreprise sont attendues, mais également pour les entreprises et les employés qui s’associent avec Beauce Carnaval. « C’est une perte de revenu, une perte de salaire pour les employés qui pensaient enfin se sortir de la PCU. Ce sont des concessionnaires qui n’auront pas de travail pour 2020. Quand on va dans une ville, on donne de la “business” aux gens, on a des toilettes, des conteneurs, on est à peu près 75 qui font leur épicerie », souligne-t-elle.

Mme Vallée n’a qu’un souhait. « On espère pouvoir amuser les gens au Saguenay l’année prochaine, en toute sécurité », conclut-elle.