Il s’agissait de la première traversée de l’Apollo avec des passagers à son bord entre Matane et Godbout. Auparavant, le navire avait réalisé quelques tests d’accostage.

Autre tuile pour L'Apollo

MATANE – Rien ne va plus dans la desserte fluviale entre Matane et la Côte-Nord. Alors qu’il effectuait sa première traversée officielle vers Godbout, le NM Apollo est entré en collision avec le quai un peu après 11h lundi, au moment des manœuvres d’accostage. Sa coque présente une fissure importante.

«Le bateau est arrivé un peu plus vite qu’habituellement, raconte un passager, Michael Labrie-Bacon. Ça a freiné rapidement, mais pas d’un coup sec. Ça a cogné, mais pas comme une auto qui rentre dans un mur. Il n’y a pas eu d’état de panique. Les gens à bord du bateau pensaient qu’on avait frappé de la glace.»

Le témoin ajoute qu’aucune alarme ne s’est fait entendre. «Les officiers sur le bateau n’ont jamais rien fait, indique le citoyen de Sept-Îles. Il n’y avait pas d’état d’urgence. Le débarquement a été un peu plus long que prévu. D’habitude, on n’attend pas aussi longtemps avant de sortir.»

La partie de la coque endommagée se soulève pour devenir la porte du pont des véhicules. Or, M. Labrie-Bacon croit que les employés du traversier ont possiblement eu de la difficulté à l’ouvrir, ce qui pourrait expliquer le délai avant de procéder au débarquement. «On n’a pas pu voir parce qu’on n’a pas accès au pont des véhicules tant que la porte n’est pas ouverte, mentionne le passager. Lorsqu’on est sortis, il n’y avait vraiment rien qui annonçait que le bateau était brisé.»

À LIRE AUSSI : Société des traversiers: annulation des vols et retard du CTMA Voyageur

C’est son père qui habite Godbout qui l’a informé de l’incident. «Mon père m’a dit qu’il avait entendu un “bang”, que ça avait cogné et que le devant du bateau était ouvert», rapporte Michael Labrie-Bacon. C’est en retournant sur les lieux qu’il a constaté que la coque était déchirée.

Il s’agissait de la première traversée de l’Apollo avec des passagers à son bord entre Matane et Godbout. Auparavant, le navire avait réalisé quelques tests d’accostage après que certaines modifications eurent été effectuées au port de Godbout parce que l’Apollo est moins large que le F.-A.-Gauthier, dont il prend le relais.

«Heureusement, il n’y a pas eu de blessés à bord, rapporte le porte-parole de la Société des traversiers du Québec (STQ), Alexandre Lavoie. Les gens ont quitté tout à fait normalement le navire.»

Des employés de la STQ sont déjà sur les lieux, alors que d’autres sont partis de Québec en direction de Godbout afin de constater l’étendue des dommages, de même que pour comprendre les circonstances de l’incident. Il n’est pas exclu qu’il y ait une enquête du Bureau de la sécurité des transports. «Je ne sais pas, indique M. Lavoie. Ce n’est pas impossible. Le milieu maritime est réglementé de façon assez serrée.»

Lundi soir, l’Apollo reprenait sa navigation vers le port de Matane, escorté par un navire de la Garde côtière canadienne. Une équipe de la STQ procédera à l’analyse des dommages et entreprendra les réparations nécessaires pour qu’il puisse reprendre la mer. «Il est encore trop tôt pour évaluer la durée de son retrait du service», fait savoir la STQ par voie de communiqué.

La STQ offrira dès mardi un service aérien entre les aéroports de Mont-Joli, Baie-Comeau et Sept-Îles, aux mêmes tarifs que pour les piétons de la liaison fluviale. Aussi, le NM CTMA Voyageur larguera les amarres du port de Cap-aux-Meules pour mettre le cap vers Matane «dès que les conditions de navigation dans le golfe du Saint-Laurent le permettront, peut-on lire. Il devrait être en mesure d’entrer en service vers la fin de la semaine.»

+

MAUVAIS SORT SUR LA TRAVERSE MATANE-BAIE-COMEAU-GODBOUT?

Acheté au coût de 2,1 millions$, le NM Apollo est entré en service le 14 février. Vieux de 49 ans, le navire remplace le F.-A.-Gauthier qui a été livré en 2015 au coût de 175 millions $ et qui est en cale sèche au chantier Davie au moins jusqu'en août pour des problèmes de propulseurs. Acheté par la Société des traversiers du Québec (STQ) de Labrador Marine qui le considérait en fin de vie utile, l'Apollo vient en renfort au CTMA Voyageur qui, lui-même, remplaçait le CTMA Vacancier qui devait retourner à son port d'attache de Cap-aux-Meules pour assurer la liaison entre les Îles-de-la-Madeleine et l'Île-du-Prince-Édouard. En décembre, avant que le Vacancier n'entre en service entre Matane et la Côte-Nord, la STQ a offert une liaison aérienne entre les deux rives. Or, dès la première journée de la desserte, le 21 décembre, l'avion est demeuré cloué au sol à Baie-Comeau en raison du bris d'une hélice.