Des clôtures composées de poteaux reliés par des fils de fer permettant de retenir des véhicules dans leurs voies – comme on retrouve en Australie et en Europe – seront installées sur l’autoroute 50 entre les chemins Findlay et Doherty.

Autoroute 50: une clôture métallique sera installée à la fin de l'hiver

Les travaux d’aménagement d’une clôture métallique séparant les voies contiguës de l’autoroute 50, à L’Ange-Gardien, devraient commencer « à la fin de l’hiver prochain », rappelle le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe.

Depuis le début du mois de juillet, trois accidents graves, dont un faisant un mort, se sont produits sur ce tronçon d’autoroute.

Les véhicules s’y croisent à plus de 100 km/h dans chaque direction, ce qui rend les éventuels impacts frontaux très violents.

Alors que le début des travaux doit débuter à la fin de l’hiver 2020, le ministre Lacombe n’a pas précisé son échéancier quant à la fin des travaux. L’échéancier sera connu « dans quelques semaines ».

« Cela ne veut pas dire que le travail n’est pas fait », se défend le ministre.

Le budget des travaux à venir n’a pas été précisé, alors que les entreprises n’ont pas encore été sollicitées dans le cadre d’un appel d’offres.

Déjà en janvier dernier, le ministre des Transports François Bonardel confirmait ces travaux d’aménagement de clôtures munies de câbles métalliques.

Le projet pilote touche le tronçon de sept kilomètres entre les chemins Findlay et Doherty.

Ces clôtures seront composées de poteaux reliés par des fils de fer permettant de retenir des véhicules dans leurs voies lors d’embardées, et éviter des collisions frontales dans la voie inverse.

Pour faire de la place à cette clôture, le MTQ prévoit « élargir » l’autoroute 50. Il faut toutefois faire attention à cette expression, car il s’agit d’un élargissement partiel de la chaussée.

L’installation de la « glissière de sécurité » grugera une partie de l’autoroute milieu des voies carrossables.

Des travaux d’élargissement et de solidification des accotements seront donc entrepris dans le cadre de l’aménagement de cette clôture métallique médiane, afin d’y déplacer les voies de quelques centimètres.

Aucune mesure temporaire n’est prévue pour sécuriser ce tronçon, cet été.

L’option des murets de béton n’a pas été jugée sécuritaire par le ministère des Transports du Québec.

« Ce serait même catastrophique sur le plan de la sécurité », lance M. Lacombe.

Il ne faut pas s’attendre à voir la 50 à quatre voies jusqu’à Mirabel, à court terme.

L’élargissement complet des 66 kilomètres restants, à quatre voies, pourrait bien faire l’objet de nombreuses discussions dans la prochaine décennie.