Le Bar St-Josef prévoit tenir une audition XXX dans un véhicule récréatif stationné sur son terrain, le 24 août prochain.

Audition XXX à Québec: la Ville «préoccupée»

EXCLUSIF / La Ville de Québec est «préoccupée» par la tenue cet été d’une audition XXX dans le stationnement d’un bar de Québec et examine la plainte d’une citoyenne qui veut faire annuler l’événement, a appris Le Soleil.

Reçue lundi par la Ville, la plainte conteste la légalité de l’audition qui se déroulera dans un véhicule récréatif (VR) garé dans le stationnement du Bar St-Josef, dans Lebourgneuf, le 24 août. La plaignante estime que le bar, qui organisera un casting party pour l’occasion, ne respecte pas le zonage dans ce secteur de la capitale. 

«La Ville est préoccupée par la situation et analyse en ce moment la plainte reçue et travaille de concert avec le Service de police pour déterminer si ce type d’activité représente une infraction aux règlements, le zonage du secteur ne permettant pas le commerce à caractère érotique», indique Cindy Demontigny, porte-parole de la Ville de Québec. 

«La Ville ne fera pas d’autres commentaires pour le moment compte tenu de la judiciarisation possible du dossier», ajoute Mme Demontigny. 

À LIRE AUSSI: Une audition XXX controversée à Québec

La plaignante, qui a préféré ne pas être identifiée, a expliqué au Soleil qu’elle estime que les auditions de la boîte de production pornographique AD4X dans le stationnement du bar sont une forme «d’exploitation sexuelle» des actrices porno. «On a déjà assez de porno sur Internet, on n’est pas pour en avoir aussi dans nos quartiers», dit la citoyenne, qui souhaite l’annulation de l’audition. 

Caroline Beaulieu, gérante au Bar St-Josef, a indiqué mardi au Soleil qu’elle ignorait l’existence d’un zonage pour les commerces à caractère érotique. Elle affirme qu’elle discutera de la situation avec ses parents, qui sont propriétaires du bar, si la Ville a l’intention de sévir en vertu du zonage. 

«On va se consulter et on va décider : “OK, ça vaut-tu vraiment la peine d’aller de l’avant avec cet événement-là si on risque d’avoir du trouble avec la Ville?”» dit-elle.

Quatre zones

Sur le territoire de la Ville de Québec, il y a quatre zones où les commerces à caractère érotiques sont permis. Ces quatre zones, appelées «C5» dans le jargon de la ville, ont été établies en 2008 et n’ont pas été modifiées depuis.

Les bars de danseuses se trouvent dans ces zones, certains salons de massage érotiques aussi. Mais plusieurs de ces salons sont aussi situés à l’extérieur de ces zones.

Comme les auditions XXX se déroulent dans le stationnement du bar et non à l’intérieur du Bar St-Josef, l’établissement pourrait toutefois être à l’abri d’une infraction. 

Dans le VR, les actrices pornos masturberont les gars qui se présenteront à l’audition et elles décideront ensuite si elles veulent faire une scène complète avec eux, avait précisé Mat Paré, le promoteur de la soirée pour Xtrem Productions et AD4X.

Les casting party d’AD4X ont suscité la controverse dans plusieurs villes de la province depuis quatre ans, plus récemment à Saguenay et à Sherbrooke. Ses organisateurs se sont défendus en affirmant que leur audition porno est légale et que les participants sont majeurs et consentent aux rapports sexuels. 

«Viol filmé»

La semaine dernière, le Collectif d’aide aux femmes exploitées sexuellement (CAFES) a dénoncé vivement la tenue de l’audition porno d’AD4X à Québec, estimant que ce genre d’événements participe activement à la banalisation de l’industrie du sexe. 

Dans une lettre envoyée mardi au Soleil, Viol-Secours, qui est le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) dans la capitale, et la Maison de Marthe, une ressource d’aide pour femmes en sortie de prostitution, ont dénoncé à leur tour l’audition XXX. 

«Soyons claires et lucides : 80 % des femmes souhaitent sortir de cette industrie qui les humilie et les torture. Rien de glamour! Les survivantes décrivent le milieu comme étant des viols filmés», écrivent les deux organismes. 

+

LE SPVQ SURVEILLERA

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) sera présent au bar Bar St-Josef, le soir de l’audition XXX , pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’infractions. 

La porte-parole du SPVQ, Cyndi Paré, précise que les policiers veilleront à ce que les participants à l’audition et au casting party ne commettent pas, par exemple, de grossière indécence, troublent la paix ou fassent trop de bruit. 

Le SPVQ tentera d’ailleurs de rencontrer les propriétaires du bar pour les sensibiliser au respect des règlements municipaux, indique Mme Paré.

La semaine dernière, Rose Sullivan, du Collectif d’aide aux femmes exploitées sexuellement (CAFES), avait estimé qu’en laissant le casting d’AD4X se tenir dans son stationnement, le bar St-Josef cautionnerait une «audition où des hommes coucheront avec des pornstars pour 20 $», soit le prix d’entrée pour la soirée.

Cette sortie soulevait des questions sur la possibilité que les participants à l’audition XXX (en grandes majorité des hommes) commettent un crime en ayant des rapports sexuels avec les actrices pornos, puisque la loi canadienne criminalise l’achat de services sexuels depuis 2014. 

Or, selon SPVQ, ce ne serait pas le cas. «À première vue, il n’y pas d’infraction criminelle concernant la tenue de cet événement», dit Cyndi Paré.

Au besoin, les policiers aideront aussi la Ville à vérifier si le zonage est respecté. Le SPVQ collaborera aussi avec la Régie des alcools, des courses et des jeux pour s’assurer que le bar remplit les obligations liées à son permis d’alcool.