Bianca Andreescu durant une séance photo sur le toit du Rockfeller Center à New York.

Andreescu est devenue une tête d'affiche de la scène sportive en 2019

Devenue une véritable tête d'affiche incontournable de la scène sportive, Bianca Andreescu a connu une ascension incroyable en 2019.

Le pays et le monde se sont rangés derrière elle.

Le classement d'Andreescu n'a cessé de s'améliorer au cours de la saison 2019. Les cotes d'écoute à la télévision ont également été en hausse et sa montée en popularité sur les réseaux sociaux a été tout aussi spectaculaire.

«L'augmentation a été formidable, mais elle a également été durable et constante», a déclaré Tom Mayenknecht, responsable des communications marketing et commentateur sportif à Vancouver.

Le compte Instagram d'Andreescu comptait 12 600 abonnés à la fin de 2018, alors qu'elle occupait le 152e rang mondial et qu'elle était toujours en quête de son premier titre au circuit WTA.

L'Ontarienne de 19 ans a ajouté 58 000 abonnés au mois de mars à la suite de sa victoire au tournoi d'Indian Wells, en Californie. Son succès à la Coupe Rogers le mois dernier à Toronto lui a permis de hausser ce total à plus de 197 000. Son récent titre aux Internationaux des États-Unis et le blitz médiatique qui a suivi a fait grimper ce chiffre à 644 000 et il ne cesse d'augmenter.

Mike Naraine, professeur adjoint au département de gestion du sport de l'Université Brock, a déclaré qu'Andreescu avait bien choisi ses messages sur les médias sociaux, ce qui l'a aidé à bâtir une image forte avec un nombre croissant d'admirateurs.

«Cela lui permet de faire appel à une nouvelle base de partenaires, a déclaré Naraine depuis Melbourne dans une récente entrevue. Ils l'observent et se disent: 'Wow! il y a ce nouveau groupe démographique qui est jeune, très branché et très actif dans la communauté sportive. Nous pouvons tirer parti de sa visibilité en tant que grande vedette canadienne pour développer notre produit.»

Andreescu mise déjà sur de solides commanditaires comme Nike, BMW, Head et Rogers. Un porte-parole de l'agence de sport et de divertissement Octagon a précisé que Andreescu devrait annoncer deux nouveaux commanditaires majeurs au cours des prochaines semaines.

«C'est une formidable aventure jusqu'ici, mais j'espère que ce n'est que le début», a déclaré son agent, Jonathan Dasnières de Veigy.

Actuellement cinquième au monde, Andreescu effectuera son retour à la compétition à Pékin. Ce tournoi WTA Premier doté d'une bourse de 8,29 millions $ US commence samedi et se poursuivra jusqu'au 6 octobre. Andreescu affrontera la Biélorusse Aliaksandra Sasnovich, 51e mondiale, au premier tour.

Ce sera son premier tournoi depuis sa victoire aux dépens de Serena Williams en finale des Internationaux des États-Unis, il y a trois semaines, une victoire qui l'a propulsée dans une autre stratosphère. Elle a empoché 3,85 millions $ lors du dernier Grand Chelem de la saison à New York et a fait des apparitions télévisées lors d'émissions prestigieuses comme «The View», «The Tonight Show» et «Good Morning America», entre autres. Ici, elle a aussi participé à l'émission «Tout le monde en parle», dimanche dernier.

«Je ne fais que visualiser certaines des entrevues qu'elle a données et de la façon dont elle les a gérées, cela la rendait réelle et accessible pour les gens, a souligné Mayenknecht. C'est ce qui la rend si populaire.»

Andreescu semble tout aussi naturelle, à l'aise et terre-à-terre comme championne d'une manche du Grand Chelem qu'il y a neuf mois, alors qu'elle se bagarrait en qualifications et disputait des tournois de niveau inférieur.

«Elle est bien préparée, a poursuivi Naraine. C'est presque comme si elle s'était entraînée toute sa vie pour ça. Nous ne voyons pas nécessairement ça avec beaucoup de jeunes athlètes.»

Dasnieres de Veigy estime que «l'équipe complète» autour d'Andreescu la maintient concentrée.

«Nous voulons vraiment faire attention à ça, a-t-il déclaré. Notre vision est à très long terme. Nous croyons vraiment que ce n'était pas un événement ponctuel, mais seulement la première étape d'une longue carrière, peut-être. C'est ce que nous voulons vraiment pour elle.»

Andreescu comptait 4000 abonnés sur Twitter au début de l'année. Ce total a été multiplié par plus de dix à la Coupe Rogers en août et se situe maintenant à 190 000.

Elle est l'athlète canadien dont on a le plus parlé en 2019, devant l'espoir de la NBA R.J. Barrett, 2e, et le joueur de la LNH Brad Marchand, no 3.

«Très peu d'athlètes canadiens ont déjà connu une telle augmentation sur Twitter au cours d'une même année civile», a affirmé Cam Gordon, responsable des communications à Twitter Canada, dans un courriel.

Les cotes d'écoute télévisées lors de la victoire d'Andreescu (6-3, 7-5) aux dépens de Williams à New York ont atteint des sommets. Les chiffres de Numeris ont démontré une audience moyenne de 3,4 millions de téléspectateurs pour ce match, ce qui en fait l'émission de tennis la plus regardée de tous les temps sur TSN et RDS.

L'audience a même atteint un sommet de 5,3 millions de téléspectateurs lors de la balle de match, soit environ un Canadien sur sept. ESPN a également obtenu des cotes record aux États-Unis.

DAZN Canada, un service de diffusion en continu, profitera du retour d'Andreescu à la compétition. Il est le détenteur des droits nationaux de l'omnium de Pékin, bien que de nombreux matchs soient disputés aux petites heures de la nuit en Amérique du Nord.

Les prochains objectifs d'Andreescu consistent à se hisser parmi les trois premières au classement mondial et à se qualifier pour les finales de la WTA, présentées à Shenzhen, en Chine, du 27 octobre du 3 novembre.

«Elle sera de plus en plus sous les projecteurs à l'avenir, mais tout indique qu'elle a le potentiel pour demeurer à l'avant-scène encore longtemps, a reconnu Mayenknecht, ancien directeur des communications et des relations publiques à Tennis Canada. Si cela se produit, elle ne fera que continuer à gagner beaucoup de partisans.»