Alex Harvey a ramené un temps de 3:18.13 minutes, franchissant le fil à 11,08 secondes du meneur.

Alex Harvey se charge du spectacle sur les Plaines [VIDÉO]

«Mission accomplie», disait Alex Harvey après son premier passage sur les Plaines d’Abraham, vendredi après-midi, où il a terminé 10e du sprint des finales de la Coupe du monde de ski de fond.

Mieux encore, le fondeur de 30 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges a donné, comme il l’espérait, un bon spectacle aux quelques milliers de spectateurs présents tout au long du parcours de 1,6 kilomètre dominé par le Norvégien Johannes Hosflot Klaebo, déjà champion de la saison à cette courte distance, devant l’Italien Frederico Pellegrino et un autre Norvégien, Sindre Bjoernestad Skar.

«J’en ai donné un bon en quart de finale, je pense. J’ai gardé le monde sur le bout de leur siège», disait en riant celui qui avait passé la majeure partie de cette vague en cinquième position avant d’amorcer sa remontée jusqu’en deuxième position tout juste avant l’épingle précédant le fil d’arrivée.

En demi-finale, il n’avait plus la poussée nécessaire pour se faufiler parmi les six finalistes. Peu importe, cette journée s’avérait satisfaisante.

«Dans ma chambre, hier [jeudi], je me disais que si je pouvais faire la demie, ça me donnerait beaucoup de secondes de bonification pour le mini-tour», confiait-il dans la zone des entrevues à la sortie du parcours.

L’objectif était quand même ambitieux pour lui, puisqu’il ne s’était pas qualifié dans les rondes éliminatoires d’un sprint depuis décembre 2018.

«Je devais d’abord commencer par me qualifier dans les 30 premiers. J’ai bien joué mes cartes, je suis vraiment content. Que ce soit au Tour de ski ou dans un mini-tour, le but est d’atteindre les demi-finales du sprint, c’est la place payante.»

N’allez quand même pas croire qu’il ne visait pas plus loin.

«Je ne m’en cache pas, je voulais faire la finale, on s’entend, et pour une autre raison que le mini-tour. Je voulais le faire pour la foule, mais bon... Les sprinteurs purs étaient plus forts que moi», ajoutait le favori local.

Harvey a apprécié le support des spectateurs. S’il a été en mesure de rester à l’intérieur de sa bulle pendant l’échauffement, il s’est permis un petit bain de foule à la ligne de départ, faisant le plein d’énergie à chaque mention de son nom.

Harvey, qui avait pris le 23e rang au terme des qualifications, a fini 2e de sa vague en quart-de-finale. Il a bouclé sa demi-finale en cinquième place, ce qui n’était pas suffisant pour poursuivre dans la course ultime.

+

Victoire de Klaebo

Meilleur sprinteur au monde, Klaebo a été à la hauteur de sa réputation. Il a remporté le dernier sprint au calendrier d’une main de maître, malgré la poussée de son rival russe Alexander Bolshunov, qui a finalement terminé en quatrième place.

«Il s’agit d’une belle fin de saison au sprint. Mon but était de remporter les Mondiaux, je l’ai fait, et après, on se fixe d’autres buts. Alexander est l’un des plus compétiteurs, Pellegrino et moi avons vu la pression qu’il a mise en quart de finale», notait le jeune fondeur norvégien à propos de la rivalité avec le Russe.

Pour sa part, l’Italien s’invitait sur le podium pour la première fois à Québec.

«Je n’avais jamais fait un podium ici, je sais que je pourrai le refaire dans l’avenir. Ça fait cinq ans que je suis le podium au sprint, et ça fait quelques fois que j’essaie de battre Johannes, mais ce n’est pas si simple», notait en riant celui qui apprécie chaque visite dans la capitale.

«En Europe, il n’y a pas autant de monde qu’ici lorsque les conditions ne sont pas très belles. Il y avait beaucoup d’ambiance, j’entendais mon nom, Pellegrino, Pellegrino. J’espère que les gens viendront encore nous voir, l’an prochain, même si Alex [Harvey] ne sera plus là», soulignait en français le fondeur italien, un bon ami du futur retraité.

Samedi, un 15 km classique est à l’affiche à 11h, tout juste après le 10 km classique des femmes à 9h15.