Alex Barré-Boulet a paraphé une entente de trois ans à deux volets avec le Lightning de Tampa Bay, jeudi matin.

Alex Barré-Boulet signe avec le Lightning

Meilleur marqueur de la LHJMQ, l’attaquant de l’Armada de Blainville-Boisbriand Alex Barré-Boulet poursuivra sa carrière chez les pros. Le natif de Montmagny s’est entendu sur les termes d’un contrat de trois ans avec le Lightning de Tampa Bay.

L’entrevue du Soleil avec Alex Barré-Boulet avait d’abord été prévue afin de discuter de sa torride saison alors qu’il sera de passage au Centre Vidéotron, vendredi soir, pour y affronter les Remparts. 

La nouvelle que tout le monde attendait depuis un mois dans l’entourage de l’attaquant de Montmagny est toutefois tombée jeudi matin. Il venait de parapher un contrat de trois ans à deux volets avec le Lightning.

«C’est un peu un rêve qui se réalise. Tu travailles toute ta vie pour ça», a d’emblée avoué le joueur de 5’9’’ et de 167 livres. 

Auteur de 49 buts et 104 points en 57 matchs jusqu’à maintenant cette saison, Barré-Boulet domine outrageusement le classement des marqueurs de la LHJMQ. Les rumeurs l’envoyant à Tampa Bay, une organisation reconnue pour souvent avoir eu la main heureuse avec les jeunes agents libres québécois, allaient bon train depuis déjà un moment. 

«Ça faisait un bon bout que mon agent était en pourparlers avec le Lightning. Ils ont décidé de régler ça ce matin», a expliqué l’athlète. Sans révéler si le Canadien ou d’autres formations de la LNH lui avaient fait de l’œil, celui qui aura 21 ans en mai a assuré que le Lightning avait été la première équipe à se montrer intéresser à ses services.  

Au total, cela aura donc pris près de cinq saisons, 255 matchs et 325 points dans la LHJMQ pour convaincre une équipe de la LNH de donner sa chance à celui qui avait été un choix de sixième ronde des Voltigeurs de Drummondville, en 2013. Barré-Boulet dit pourtant y avoir toujours cru. 

«Je savais dès mes débuts dans le junior qu’en raison de mon gabarit, je ne serais probablement pas repêché chez les pros. Mon année de repêchage LNH, mon père m’a demandé si je voulais aller y assister et j’ai dit non. Mais je suis assez confiant en mes moyens et j’ai continué de travailler. Un contrat dans la LNH, ça a toujours été mon objectif.»

Des modèles à suivre

Petit gabarit, champion marqueur dans les rangs juniors, jamais repêché dans la LNH, le parcours de Barré-Boulet n’est pas sans rappeler ceux de Jonathan Marchessault et de Yanni Gourde, tous deux passés par le club-école du Lightning avant de s’établir dans la LNH. 

Barré-Boulet ajoute également le nom de l’Américain Tyler Johnson au lot. «C’est sûr que c’est encourageant pour moi quand je regarde des gars comme ça. De petits attaquants jamais repêchés qui sont devenus des joueurs offensifs dans la LNH. Le Lightning est reconnu pour bien développer ses joueurs.»

À la veille d’un match au Centre Vidéotron contre les Remparts, le produit de Chaudière-Appalaches se promettait par ailleurs d’en profiter. Après tout, il ne lui reste probablement plus beaucoup d’occasions de jouer aussi près de la maison.

«Il va y avoir pas mal de mes amis et ma famille de Montmagny qui vont être au match. C’est toujours spécial de jouer au Centre Vidéotron comme c’est un aréna de Ligue nationale, mais ce l’est encore plus quand tu viens de la place.»  Guillaume Piedboeuf

+++

DANS L'ŒIL DU LIGHTNING DEPUIS LONGTEMPS

Le Lightning de Tampa Bay avait Alex Barré-Boulet à l’œil depuis longtemps.

C’est pourquoi la formation de la Floride ne voulait pas laisser la chance aux 30 autres équipes de la LNH de soumettre une offre au joueur vedette de l’Armada de Blainville-Boisbriand. Dès la première journée où les équipes du circuit Bettman ont pu mettre sous contrat des joueurs d’âge junior en vue de la prochaine campagne, elle a fait signer un contrat type pour une recrue de trois saisons au meilleur pointeur de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«On a vu une belle progression chez lui depuis qu’il est passé à l’Armada», a noté le directeur général adjoint du Lightning, Julien BriseBois. «À nos yeux, il est passé d’un bon joueur junior à un espoir de la Ligue nationale. On ne voulait donc pas passer à côté. C’est pourquoi on lui a fait signer ce contrat dès que nous avons pu.»

«J’étais vraiment content que ça se règle, a pour sa part indiqué le patineur de 20 ans. Je sais que certaines équipes étaient intéressées, mais j’ai laissé les négociations dans les mains de mon agent.»

Paul Corbeil, l’agent de Barré-Boulet, avait des critères bien précis pour son client. «Je cherchais une organisation qui était prête à s’engager pour trois saisons. Historiquement, les rappels de joueurs non repêchés s’effectuent la troisième année de leur contrat, un peu comme Danick Martel, rappelé cette saison par les Flyers, à sa troisième année de contrat.»

Une demi-douzaine de clubs intéressés

Corbeil a eu des discussions avec une «demi-douzaine» de clubs de la LNH, qu’il préfère ne pas identifier. Il n’a pas voulu dire si le Canadien, ou encore les Kings de Los Angeles ou les Golden Knights de Vegas, qui ont invité Barré-Boulet à leur camp estival ces deux dernières années, étaient du lot.

Si Barré-Boulet brille cette saison il avait attiré l’attention du Lightning dès le printemps dernier. En 20 rencontres éliminatoires, il avait obtenu 31 points, dont 14 buts, un sommet dans le circuit Courteau.

«On a vraiment senti que son début de saison était en continuité avec les très bonnes séries qu’il a connues l’an dernier, on l’a donc suivi de plus près», a poursuivi BriseBois, le bras droit de Steve Yzerman chez le Lightning. «On s’est montré très agressif avec lui depuis la fin de l’automne.»

Avec l’Armada pour y rester

L’organisation du Lightning souhaite que le patineur de Montmagny poursuive sa saison avec l’Armada. «Nous croyons vraiment que la meilleure option pour lui présentement est de connaître une bonne fin de saison avec une équipe gagnante, d’aller le plus loin en séries et qui sait, au tournoi de la Coupe Memorial.

«Une fois que l’Armada aura terminé son parcours, nous verrons où en sera le Crunch [de Syracuse] et il rejoindra l’équipe si elle n’est pas éliminée», a précisé BriseBois en faisant référence au club-école du Lightning dans la Ligue américaine. «Par la suite, c’est certain qu’on veut le voir au camp de développement à la fin juin et au camp des recrues ensuite. On verra où se poursuivra alors son parcours professionnel.»

Mais Barré-Boulet n’a pas la tête à Syracuse, loin de là. «On veut terminer la saison en force. [...] «Pour ma part, je ne veux pas trop penser [au hockey professionnel], car je vais commencer à moins bien jouer. Le contrat, je l’ai, alors c’est une pression de moins sur les épaules.»

«Honnêtement, nous n’en avons même pas parlé une seconde», ajoute Corbeil au sujet de la carrière professionnelle de son client. «Pour lui, les pros, Syracuse et Tampa Bay, c’est l’année prochaine.»  Frédéric Daigle (La Presse canadienne)

+++

L’ARMADA A DE GRANDES AMBITIONS

Trônant au sommet du classement de la LHJMQ, l’Armada de Blainville-Boisbriand a de grandes ambitions cette année. Comme en témoigne l’acquisition de l’attaquant Drake Batherson, des Screaming Eagles du Cap-Breton, après son passage auréolé avec l’équipe canadienne au Mondial junior. Alex Barré-Boulet admet qu’après avoir été vaincus en quatre matchs en finale de la LHJMQ, le printemps passé, le seul moyen pour les siens cette saison d’être pleinement satisfait est une conquête de la Coupe du Président. «Il nous reste une dizaine de matchs et après on va arriver en séries avec le couteau entre les dents. On a vraiment une équipe pour aller jusqu’au bout.»  Guillaume Piedboeuf

+++

ROBIDOUX DÉJÀ DE RETOUR

Opéré d’urgence pour une rupture de la rate subie lors d’un match au Cap-Breton, le 17 janvier, Mikaël Robidoux sera de retour dans l’alignement des Remparts, vendredi soir. Alors que les premiers diagnostics suggéraient que la saison du robuste attaquant était terminée, il n’aura finalement manqué que 16 matchs. Un autre attaquant, Philipp Kurashev, pourrait toutefois manquer à l’appel contre l’Armada. Atteint d’un virus, ce dernier n’a pas pratiqué, jeudi, et son état sera réévalué vendredi matin. C’est le gardien Antoine Samuel qui obtiendra le départ contre Blainville-Boisbriand alors que les Remparts seront en quête d’une sixième victoire consécutive. Les 10 000 premiers partisans de 18 ans et plus arrivés au Centre Vidéotron se verront exceptionnellement remettre un verre Budweiser doté d’une lumière qui s’illuminera à chaque but des Remparts. Le billet du match de vendredi donnera également accès gratuitement au premier match local des séries éliminatoires.  Guillaume Piedboeuf