En juillet 2014, Pierre-François Blondeau (à gauche), alias Midaz, a été condamné pour agression sexuelle sur une adolescente à la suite d’une fête organisée à Victoriaville.

Agression sexuelle à Victoriaville en 2014: appel rejeté pour Midaz

L’appel du chanteur Midaz, Pierre-François Blondeau, condamné pour agression sexuelle sur une adolescente à la suite d’une fête organisée à Victoriaville en 2014, a été rejeté mercredi par la Cour d’appel du Québec.

Sur le banc de trois juges, une majorité de deux s’est prononcée en défaveur de l’appelant Blondeau. L’accusé purgera donc le reste de sa sentence, qui avait été fixée à 30 mois par le juge de la Cour supérieure François Huot. 

Au terme de son procès et de celui des deux coaccusés Dominic Vézina et Jean-Christophe Martin en juillet 2017, Pierre-François Blondeau avait été reconnu coupable d’agression sexuelle simple. 

Il avait porté sa cause en appel pour faire réduire sa peine à 12 mois, comme l’avaient convenu les parties lors du procès. L’appel avait été entendu le 19 janvier dernier. 

«Les cours d’appel doivent faire preuve de déférence face aux décisions des juges de première instance en matière de peines. La peine de 30 mois imposée à l’appelant, bien que sévère, n’est pas manifestement non indiquée», écrit le juge Simon Ruel dans le jugement d’appel rendu mercredi. 

«L’appelant ne démontre pas d’erreur de droit ou d’erreur de principe ayant eu un effet déterminant sur la peine qu’a prononcée le juge de première instance dans l’exercice de sa discrétion judiciaire», concluent les juges majoritaires, qui maintiennent la peine imposée à l’accusé. 

«Si l’on fait abstraction de ce que je considère être une erreur de droit quant à l’interprétation du verdict rendu, le juge n’avait d’autre choix que de s’en remettre à la recommandation conjointe des avocats», écrit pour sa part le juge dissident, Louis Rochette. Ce dernier recommandait la réduction de la peine de Blondeau à 12 mois. 

L’un des éléments retenus par la Cour d’appel est que la suggestion par les parties d’une peine de 12 mois imposée à Blondeau est «susceptible de déconsidérer l’administration de la justice et contraire à l’intérêt public». 

«Témoin passif»

La Cour d’appel rejette aussi l’interprétation selon laquelle l’appelant n’aurait été qu’un «témoin passif d’événements malheureux». «Il profite pernicieusement de la vulnérabilité de la jeune victime», soutient la Cour pour appuyer sa décision. 

Dans la nuit du 24 au 25 octobre 2014, Pierre-François Blondeau et ses amis Dominic Vézina et Jean-Christophe Martin animent une soirée festive organisée à Victoriaville. 

Durant la soirée, les trois hommes ont eu de multiples rapports sexuels avec l’adolescente de 15 ans, qui portait plusieurs marques en plus de fissures vaginales et anales. 

Vézina et Martin ont tous les deux écopé d’une peine de cinq ans de pénitencier. Blondeau, quant à lui, n’avait pas été reconnu coupable du même chef d’accusation que ses deux coaccusés. 

La demande d’appel de Dominic Vézina avait été rejetée, mais la Cour avait accepté toutefois d’entendre Pierre-François Blondeau. 

Le juge Paul Vézina, qui avait accepté la requête de Blondeau, avait alors fait valoir que les motifs de l’appel lui paraissaient sérieux.