L’altercation est survenue en fin de soirée le 17 août dernier à l’établissement de la rue Alexandre.
L’altercation est survenue en fin de soirée le 17 août dernier à l’établissement de la rue Alexandre.

Agression à la Taverne Urbaine: Kevin Sanders accusé de meurtre au deuxième degré

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Une accusation de meurtre au deuxième degré a été déposée contre Kevin Sanders à la suite de l’agression mortelle survenue à la Taverne Urbaine de la rue Alexandre à Sherbrooke le 17 août dernier.

Après quelques jours aux soins intensifs, la victime Joël Maillot est décédée.

À lire aussi: Bagarre à la Taverne Urbaine : l'homme est décédé

Une bagarre tourne mal sur la rue Alexandre

La procureure aux poursuites criminelles Me Geneviève Crépeau a évalué le dossier pour lequel une accusation de voies de fait graves mettant la vie en danger avait été portée et a autorisé une accusation de meurtre au deuxième degré.

Cette grave accusation est passible de la prison à vie avec une possibilité de libération conditionnelle entre dix et vingt-cinq ans.

Sanders a comparu, lundi, à partir du Centre de détention de Sherbrooke par visioconférence relativement à la nouvelle accusation devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

L’avocat chargé de la défense de Sanders, Me Jean Leblanc a demandé que la comparution soit reportée au 28 août prochain.

La poursuite s’oppose à la remise en liberté de Kevin Sanders.

L’altercation est survenue en fin de soirée le 17 août dernier à l’établissement de la rue Alexandre.

Le Service de police de Sherbrooke avait été appelé à se rendre à la Taverne Urbaine de la rue Alexandre vers 23 h 30.

Le suspect venait de quitter les lieux lorsque les policiers sont arrivés sur place.

Ils ont alors constaté qu’un homme gisait inanimé au sol. Il avait reçu plusieurs coups au visage.

Des manœuvres de réanimation ont été faites en attendant l’arrivée des ambulanciers paramédicaux.

Kevin Sanders, 25 ans, est détenu depuis ce moment. L’individu sans antécédent judiciaire s’est vu interdire de communiquer avec une personne dans cette affaire.