L’Aéroport international Jean-Lesage de Québec

Aéroport de Québec: le rapport rendu public malgré les mises en demeure

Le maire de Québec compte bien rendre publiques les conclusions du comité de travail sur l’accessibilité aérienne, malgré les mises en demeure de l’Aéroport international Jean-Lesage, qui tente d’étouffer le rapport qui semble lui être défavorable.

Au moins huit employés de la Ville de Québec ont reçu une mise en demeure leur interdisant de dévoiler le contenu de ce rapport. Le maire Régis Labeaume a confirmé cette information lundi en marge d’une conférence de presse.

Le directeur Charles Marceau, directeur des grands projets à la Ville de Québec, et Rhonda Rioux, directrice du Service des relations internationales, tous deux membres du comité de travail, en ont reçu une. 

Les quatre autres visent du personnel de l’Office du tourisme de Québec dont le directeur général, André Roy, président du comité. Au grand étonnement du maire, une adjointe administrative au fait du rapport a aussi reçu la missive.

«À ma compréhension, tous les membres du comité en ont reçu une», a commenté le maire. Ledit comité est composé de 17 membres. En fait notamment partie le président-directeur général du Centre des congrès de Québec, P.-Michel Bouchard.

L’aéroport y est représenté par Bernard Thiboutot, vice-président marketing et développement de l’aéroport de Québec.

«Je n’ai jamais vu ça de ma vie. Les avocats ont ça dans les mains», a mentionné le maire. «Pour l’instant, on va sécuriser nos employés, parce que vous imaginez bien qu’une adjointe administrative qui reçoit ça, c’est la première fois», a-t-il poursuivi.

«L’objectif, c’est pas de finir avec un rapport, l’objectif c’est de finir avec un plan d’action sur l’amélioration de la desserte aérienne, avait expliqué André Roy lors de l’annonce de la création du comité en décembre 2017. Ça prend trois entités qui travaillent ensemble : les transporteurs, l’aéroport et la communauté d’affaires incluant son industrie touristique.»

À cette même époque, Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de l’aéroport, qui partira à la retraite en cours d’année, avait remis en doute la pertinence d’un comité, attribuant la perte des vols à la pénurie de pilotes aux États-Unis. Il avait tout de même offert son aide à la Ville de Québec. 

Que peut bien contenir ce rapport pour faire l’objet de mises en demeure afin d’en taire les conclusions? Est-il à ce point critique envers la gestion de l’aéroport?

«Je l’ai lu», a lancé le maire, sans vouloir en dévoiler la teneur. Avant l’envoi des mises en demeure, le rapport devait être dévoilé très prochainement. «C’est imminent. J’aime ça. Ça s’écrit bien», a lancé le maire, qui attend cette semaine le retour de vacances du dg de l’office du tourisme pour convoquer la presse.

Dans un laconique courriel, la direction de l’aéroport a expliqué son geste, étant «d’avis que le Comité aurait excédé son mandat en se prononçant sur la gouvernance de l’aéroport, nous n’avions d’autre choix que de signifier notre opposition au projet de rapport».