Exclusif

291 employés du CIUSSS touchés par des liquides biologiques

Près de 300 employés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS ont subi des expositions aux liquides biologiques des patients entre le 1er avril 2017 et maintenant. Ils ont ainsi été exposés à contracter des maladies du sang comme le VIH ou des hépatites. Il n’y a toutefois eu aucune séroconversion sur ces 291 expositions, c’est-à-dire qu’aucun employé n’est tombé malade après une piqûre sur une seringue par exemple.

De ce nombre de cas, 227 expositions percutanées ont été réalisées, contre 64 expositions mucocutanées. Les expositions percutanées correspondent à des expositions qui impliquent pour l’employé une perforation de la barrière cutanée (piqûre, coupure, morsure...), alors que les expositions mucocutanées correspondent à des expositions où les liquides biologiques ont été en contact avec une muqueuse de l’employé : projection dans les yeux, la bouche ou une plaie non cicatrisée.

« Dès qu’un employé est exposé, peu importe la façon, la procédure est la même : une infirmière clinicienne en prévention en santé et sécurité au travail fait immédiatement un suivi. Chaque événement déclenche un processus. L’employé reçoit les vaccins nécessaires, et il y a tout un protocole qui est mis en place pour assurer sa sécurité », souligne André Jalbert, chef de service au service de proximité, volet prévention et santé-sécurité au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Lorsque le risque d’infection est élevé, l’employé est souvent dirigé vers la salle d’urgence, où la notion de trithérapie doit être déclenchée dans les deux heures suivant l’exposition aux liquides biologiques.

Qu’est-ce qui distingue « un événement significatif » d’un événement qui ne l’est pas?

« Si un employé se fait cracher dans la bouche ou dans les yeux, oui il y a un doute et le protocole doit être appliqué. S’il se fait cracher sur un bras sain, non, le risque est faible », souligne M. Jalbert.

L’infirmière en prévention en santé et sécurité au travail jouera, au cours des jours ou des semaines suivantes, un rôle essentiel auprès de l’employé dans le but de le rassurer et de veiller à ce qu’il reçoive tous les soins requis.

« Nous avons un protocole post-expositions aux liquides biologiques pour accompagner les employés », ajoute le chef de service.

Quelles sont les principales causes de ces expositions qui causent un grand stress aux employés?

« La très grande majorité des expositions surviennent avec une mauvaise manipulation des seringues. Il y a des consignes qu’on donne par rapport aux seringues : par exemple, on ne remet pas le bouchon sur la seringue. On doit faire beaucoup de sensibilisation à ce niveau », ajoute André Jalbert.

« On parle de 227 expositions percutanées dans une année. C’est beaucoup, c’est trop, mais quand on pense au nombre de seringues qui sont utilisées sur l’ensemble des établissements du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, c’est quand même assez peu », ajoute-t-il.

Rappelons qu’il y a environ 17 000 employés au CIUSSS.

La Tribune a par ailleurs vérifié avec une dizaine d’autres CIUSSS à travers la province. S’il est difficile de comparer les données puisque le nombre d’employés et le nombre d’établissements varient beaucoup d’un CIUSSS à l’autre, force est de constater que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS s’est tout de même trouvé dans la moyenne supérieure pour de tels incidents au cours de la dernière année. Notons toutefois que le CIUSSS de l’Estrie est l’un de ceux qui comptent le plus grand nombre d’employés dans tous les établissements du Québec.

Consigne claire

Certaines clientèles sont plus à risque de contaminer les employés, lors de crises notamment. La présence de masques anti-crachats est notamment souhaitée par des employés du département de psychiatrie.

« Les crises sont souvent imprévisibles. C’est après qu’on se dit : ç’aurait pris un masque. On doit travailler en prévention, avec une approche centrée sur l’usager », souligne André Jalbert.

Deux employés ont contacté La Tribune pour souligner que, lors d’une exposition muccocutanée, ils n’avaient pas eu le sentiment d’être pris au sérieux par leur direction.

« La consigne de la direction est très claire pourtant : une déclaration doit être faite lors d’un événement. Et ce ne sont pas les gestionnaires qui doivent décider si l’événement est significatif ou non. Ce sont les médecins et l’employé. Si l’employé n’est pas bien là-dedans, s’il a le moindre doute, le protocole doit être immédiatement appliqué. Notre consigne est claire et c’est : ne prends de chance », ajoute le chef de service.

Le service de prévention et de santé et sécurité au travail du CIUSSS de l’Estrie-CHUS a amassé beaucoup d’informations au cours de la dernière année. Dans le courant de la prochaine, l’infirmière clinicienne du service aura comme mandat de travailler en prévention, notamment sur la manipulation adéquate des aiguilles.

« Nous allons aussi travailler à uniformiser les bonnes pratiques à travers l’ensemble des établissements du CIUSSS de l’Estrie-CHUS », ajoute-t-il.
« Ce type d’incident était pris au sérieux dans toutes les installations avant la fusion; c’était un dossier qui était déjà bien pris en main », souligne André Jalbert.

Les employés ont une grande responsabilité dans ce genre d’incident, insiste le chef de service : il faut remplir des déclarations. « C’est un enjeu que nous avons dans plusieurs sphères de la santé et de la sécurité au travail. Les employés doivent faire leur part pour que l’on puisse faire les ajustements nécessaires », ajoute-t-il.

Fête du lac

Une édition couronnée de succès

Le groupe de Richard Petit derrière Space : The Best of Pink Floyd Show a clôturé la 37e édition de la Fête du lac des Nations d’une manière magique, dimanche. Les festivaliers ont savouré chaque note d’un spectacle plus grand que nature.

Seul bémol, les musiciens ont dû faire patienter les spectateurs plusieurs minutes, puisque les écrans géants qu’ils ont déplacés sur la scène ne s’allumaient pas.

Lire aussi: 15 ans à gérer les bénévoles

Coup de foudre entre Roger Hodgson et les Sherbrookois

Space : The Best Of Pink Floyd Show : Dans le rêve de Syd Barrett

Une soirée tout en lumière

Les Cowboys enflamment la foule

Les interprètes des chansons de Pink Floyd n’ont pas mis de temps à se faire pardonner, interprétant Welcome To The Machine en guise de bienvenue, au grand bonheur des festivaliers.

De son côté, le gagnant de La voix V, Ludovick Bourgeois, a bien réchauffé la foule. En plus de jouer ses quelques chansons, le musicien a interprété plusieurs succès de son coach Éric Lapointe, a exécuté quelques chansons populaires de Bryan Adams, de Journey et de plusieurs autres groupes.

Le fait saillant demeure le rappel, lorsque le jeune chanteur a proposé Tu ne sauras jamais, un succès signé par son père, Patrick, décédé récemment. La foule s’est laissée aller et a chanté avec Ludovick Bourgeois, qui a quitté la scène en lançant des becs à ses admirateurs.

Bilan positif

La météo s’est rangée du côté de la Fête du lac tout au long de la semaine. En effet, le soleil a contribué au succès de cette 37e édition, puisqu’environ 200 000 personnes ont foulé le sol du parc Jacques-Cartier. Pour le directeur général et artistique de l’événement, Jean-Pierre Beaudoin, ce n’est pas une question de chance. « On a ce que l’on mérite! Ça a été une température extraordinaire, on ne peut pas demander mieux », analyse-t-il.

« On a pris une coche au niveau de l’aménagement de la grande scène, poursuit M. Beaudoin. Le parc est plus beau que jamais. On est très heureux des commentaires des festivaliers. On voit que les commentaires sont positifs sur les réseaux sociaux. »

Justice et faits divers

Deux morts et 12 blessés dans une fusillade à Toronto

TORONTO — Une fusillade a fait trois morts, dont le tireur, et 12 blessés dimanche soir à Toronto.

De nombreux coups de feu ont été tirés sur la très achalandée avenue Danforth, dans le quartier Greektown, vers 22h, semant le chaos dans le très animé quartier grec de la ville.

Le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, a demandé la collaboration du public pour faire la lumière sur cet incident. La police cherche notamment des images de ce qui s’est produit.

Il a dit ne pas savoir ce qui est à l’origine de l’attaque, mais que toutes les options seront examinées. Un homme qui marchait sur la rue Danforth aurait soudainement commencé à tirer, provoquant la panique.

M. Saunders a dit qu’une femme a été tuée et qu’une fillette âgée de huit ou neuf ans a été grièvement blessée. Plusieurs autres victimes ont été transportées vers des centres de traumatologie et on ne dispose pas de plus de détails concernant leur état de santé.

Au petit matin, lundi, les forces de l'ordre ont révisé leur bilan, évoquant désormais deux morts, outre le tireur, et 12 blessés.

Arrivée rapidement sur les lieux, la police avait ouvert le feu sur le tireur, un homme de 29 ans, qui a été découvert quelques instants plus tard dans une ruelle, mort, ont indiqué les enquêteurs.

M. Saunders a indiqué aux journalistes que le suspect a été atteint mortellement lors d’un échange de tirs avec les policiers.

Football

Johnny Manziel échangé aux Alouettes

Les Alouettes de Montréal ont ajouté de la profondeur à leur formation qui bat de l'aile par les temps qui courent.

Le club montréalais a fait l'acquisition du quart-arrière Johnny Manziel des Tiger-Cats de Hamilton, dimanche soir.

Les joueurs de ligne offensive Tony Washington et Landon Rice se joindront également aux Moineaux. Les deux équipes ont confirmé par voie de communiqué la nouvelle qui circulait sur les réseaux sociaux depuis quelques heures.

En retour, les Alouettes ont cédé le receveur éloigné Chris Williams, le joueur de ligne défensive Jamaal Westerman et leurs deux premiers choix au repêchage de 2020 et de 2021.

La formation montréalaise, qui n'a inscrit que 69 points en cinq rencontres, se retrouvait dans une situation embêtante.

Samedi, les Alouettes ont perdu les services de leur quart Drew Willy, lors de leur défaite face aux Stampeders de Calgary. Le quart suppléant Jeff Mathews, qui avait remplacé Willy lors de la quatrième semaine d'activités, est également sur la touche pour au moins les quatre prochaines semaines.

Les Alouettes (1-4), qui affichent le pire dossier de la LCF depuis le début de la saison, ne tarderont pas à présenter leur toute nouvelle acquisition aux partisans. Selon leur dernier gazouillis, Manziel sera le quart partant face aux Eskimos d'Edmonton jeudi soir, au Stade Percival-Molson.

«Nous venons d'acquérir un quart d'exception possédant un talent indéniable, a déclaré le directeur général des Alouettes, Kavis Reed. Nous avons confiance que ses qualités athlétiques, sa grande mobilité et son instinct auront un impact positif sur les performances de notre attaque. Rice et Washington viennent quant à eux considérablement solidifier notre ligne à l'attaque».

«Johnny Football»

D'origine américaine, Manziel avait fait le saut dans la Ligue canadienne de football (LCF) le 19 mai dernier après un court passage dans la NFL. Il n'a toutefois pas encore vu d'action depuis le début de la présente campagne au sein du circuit professionnel canadien.

Le quart-arrière a été repêché au 22e échelon par les Browns de Cleveland en 2014. Il a pris part à 14 rencontres dans l'uniforme de Cleveland au cours des saisons 2014 et 2015 avant d'être libéré par l'organisation.

Au total, il a complété 57% de ses passes pour des gains aériens de 1675 verges. Il a réussi sept touchés et a été victime d'autant d'interceptions.

Justice et faits divers

Mon casque «m’a sauvé la vie», croit Louis Garneau

«Après 25 ou 30 ans à fabriquer des casques, c’était à mon tour de les tester. Et il m’a sauvé la vie.»

Le cycliste et homme d’affaires Louis Garneau est sorti de l’hôpital, dimanche, au lendemain d’une chute qui aurait pu lui être fatale. 

Lire aussi: Port du casque: «même les plus aguerris» peuvent chuter

Louis Garneau blessé lors d'une chute à vélo

Alors qu’il roulait en peloton, l’homme de 59 ans a jeté un œil derrière lui pour regarder un partenaire qui semblait en difficulté. L’espace d’un instant, il se retrouvait au sol, inconscient. Il a aussitôt été transporté à l’hôpital et a passé la nuit sous le regard des médecins. 

Louis Garneau a subi une commotion cérébrale et un épanchement de sang au cerveau, en plus d’avoir une côte fracturée, un poumon légèrement perforé, une clavicule disloquée et une oreille mal en point. Il a finalement reçu son congé de l’hôpital dimanche. 

Son casque, répètera-t-il à maintes reprises durant l’entrevue, lui a sauvé la vie. «Je vois maintenant l’efficacité des casques qu’on construit», explique le chef d’entreprise. «Mon casque a absorbé le choc. Si je ne l’avais pas eu, c’est mon crâne qui aurait tout absorbé et je serais probablement dans le coma aujourd’hui», raconte M. Garneau. 

Environnement

Météo: une première semaine de la construction instable

S’il fait un soleil radieux depuis plusieurs jours et que l’absence prolongée de précipitations donne des maux de tête aux agriculteurs, la première semaine des vacances de la construction, elle, risque bien de ne pas être à l’image du temps des dernières semaines.

«Instable» et «convectif» sont les deux mots à retenir, indique au bout du fil le météorologue Denis Thibodeau, d’Environnement Canada, invité à décrire les prévisions météorologiques pour les prochains jours. 

«Depuis plusieurs jours, on observe une dépression au-dessus de Chicago et du lac Michigan, ainsi qu’une autre qui est passée plus au nord», avance l’expert. 

Les milliers de vacanciers québécois devront donc composer avec une semaine au temps variable... Mais pas de quoi annuler toutes les activités extérieures, poursuit M. Thibodeau. 

Surtout des averses

«On n’aura pas de pluie qui va durer toute la journée», souligne-t-il. Des averses, peut-être même des orages, ponctueront les journées de la semaine, mais le soleil pourrait percer à certains moments, mentionne-t-il. 

Plusieurs millimètres devraient par contre tomber de mercredi après-midi jusqu’à jeudi en avant-midi, prévient le météorologue. Quant à la chaleur, celle-ci reste : le mercure devrait se tenir au-dessus des normales de saison. 

«Si les gens ne sont pas flexibles dans la planification de leurs activités à l’extérieur, eh bien ils pourraient être malheureux», illustre-t-il. Morale de l’histoire : «il va falloir prendre ça au jour le jour», parce que les modèles météo deviennent rapidement imprécis lorsqu’il faut prévoir le temps à plus long terme. 

Quoi qu’il en soit, la semaine sera variable sur le plan météo, et un anticyclone devrait «peut-être» ramener le beau temps samedi prochain, conclut M. Thibodeau.

Actualités

Port du casque: «même les plus aguerris» peuvent chuter

«Aussi malheureux l’événement puisse être, c’est une figure connue et j’espère que ça va avoir un impact», a lancé le fondateur du Défi Tête la Première, Simon Poulin, par rapport à la chute à vélo de Louis Garneau.

«Ça prouve que même les cyclistes les plus aguerris» ne sont pas à l’abri et peuvent se retrouver dans une situation où la chute est inévitable, a avancé M. Poulin, dont l’organisation vise notamment à faire connaître les impacts d’un tel accident sur le cerveau.

Samedi, l’ancien cycliste professionnel Louis Garneau a publié sur les médias sociaux une photographie sur laquelle on le voit à l’hôpital, visiblement blessé par son accident. Le message «Ça va aller, portez votre casque!» accompagnait la photo. 

Pour Simon Poulin, cet accident rappelle toute l’importance de porter un casque, peu importe le type de cycliste que vous êtes. 

«Je pense que les gens sous-estiment l’efficacité du casque, lorsqu’il est bien mis», a-t-il indiqué. 

Celui-ci parle par expérience : éducateur spécialisé auprès des victimes d’un traumatisme crânien, père d’un jeune homme devenu paraplégique après une violente chute en planche à neige «même s’il portait son casque», Simon Poulin pense que le meilleur outil pour prévenir les accidents de vélo demeure la sensibilisation.

«J’habite à Sherbrooke, où le port du casque est obligatoire pour les moins de 18 ans. Mais je vois quand même des parents dont les enfants portent des casques, mais eux n’en portent pas», a-t-il avancé. «Ce qui fonctionne à Sherbrooke, c’est la mobilisation du milieu autour de la problématique.» 

Simon Poulin ne milite pas pour une législation stricte sur le port du casque; il prône plutôt une approche plus douce, où la démarche éducative est primordiale. «Le règlement viendra après», a-t-il souligné.

«Cette année, on a visité [avec le Défi Tête la Première] 223 écoles, principalement dans Chaudière-Appalaches et la Montérégie, a-t-il indiqué. On a fait beaucoup de sensibilisation.»

M. Poulin laisse entendre «quelque chose de gros à venir» à l’automne. Une campagne nationale de sensibilisation du port du casque à bicyclette, mais aussi en planche à neige et pendant la pratique d’autres sports à risque devrait voir le jour et se déployer partout au Québec.

Santé

Loblaw rappelle des pépites de poulet possiblement contaminées

MONTRÉAL — Les Compagnies Loblaw Limitée rappellent certains emballages de pépites de poulet de marque Sans nom, à l'échelle du pays, car les pépites pourraient être contaminées par la bactérie Salmonella.

Le produit rappelé a été vendu dans un emballage de 907 grammes dont la date d'expiration est le 15 mai 2019, et contient le code «1358M» sur l'emballage intérieur et le code CUP 060383896850. Le produit a été vendu avant le 21 juillet 2018.

Au Québec, la marque Sans nom est vendue chez Loblaws, Provigo et Maxi, Axep et Intermarché.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a rapporté qu'il y a eu au moins sept cas de maladies associées à ce produit, dont un cas qui a nécessité une hospitalisation.

L'agence a affirmé que les cas de maladie ont été signalés en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario.

Si vous croyez avoir été malade après avoir consommé un produit visé par un rappel, communiquez avec votre médecin.

Selon Santé Canada, les aliments contaminés par la bactérie Salmonella ne présentent pas nécessairement d'altération visible ni d'odeur suspecte, mais peuvent quand même vous rendre malade. Les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli peuvent contracter des infections graves et parfois mortelles.

Course automobile

NASCAR Xfinity: course fort émotive pour Theetge

Le rang importait peu, la réalisation de son rêve valait n’importe quel podium. Le pilote Donald Theetge ne cachait pas sa fierté d’avoir participé à une course de la série américaine NASCAR Xfinity, samedi, à Loudon, au New Hampshire.

Au bout de fil, on le sentait émotif. À 51 ans, il venait de ramener sa voiture aux puits avec le sentiment du devoir accompli.

«J’ai trippé à mort. Je vois encore le tableau de bord, la vision que j’avais derrière le volant», disait-il, le trémolo dans la voix.

«Je m’excuse, ça me rend émotif. Ça fait 32 ans que je fais des courses, je viens de vivre le summum de ma passion. Si je suis fier, mets-en! Écoute, Donald Theetge vient de courir avec les grands, c’est une belle récompense pour tout ce que j’ai fait. J’ai travaillé pour le développement des courses automobiles, pour les faire avancer. Ce que je viens de faire, c’est tout un exploit pour un gars comme moi, je ne l’oublierai jamais», ajoutait-il.

Theetge a pris la 33e position au terme du Lake Region 200 sur le mythique circuit ovale du New Hampshire. Il a manœuvré la deuxième voiture de l’écurie DGM Racing, dirigée par Mario Gosselin et Martin Roy malgré des problèmes mécaniques. En première moitié de course, le bris de la courroie de l’alternateur lui a fait perdre plusieurs tours de retard. Même chose à la reprise.

«Il devait rester une dizaine de tours à la première partie quand c’est arrivé. L’équipe à Mario a travaillé sans relâche pour que je retourne en piste. Je l’entendais dire aux gars, il faut ramener l’auto de Donald piste. Je ne remercierai jamais assez Mario et l’équipe pour ce qu’ils ont fait», ajoutait l’homme d’affaires de Boischâtel.

En seconde moitié de course, le même problème mécanique l’a empêché de rouler comme il l’aurait souhaité. «Si ça n’avait pas été de cela, je pense que j’aurais pu atteindre mon objectif de finir dans le top-30. Je suis un peu déçu de ça, mais je n’ai pas avoir honte», admettait-il pendant que son coéquipier d’écurie pour l’occasion, Alex Labbé, a pris le 23e rang.

Qu’importe, il était ravi de son week-end. «Je n’ai plus 24 ans, je m’en vais sur 52, les réflexes ne sont pas les mêmes que ces jeunesses de 19 et 20 ans qui feront partie du gros circuit, qui gagnent leur vie avec les courses», notait celui qui entend encore les applaudissements des amateurs — dont plusieurs du Québec — lors de la présentation des coureurs.

Theetge revient au pays, cette semaine, mais il se rend dans l’Ouest canadien au lieu de revenir à la maison. Des courses de la série Pinty’s l’attendent à Saskatoon et Edmonton, cette semaine.

Actualités

Louis Garneau blessé lors d'une chute à vélo

L'homme d'affaires et cycliste Louis Garneau a été blessé samedi matin lors d'une violente chute à vélo.

M. Garneau a publié une photo de lui sur sa page Facebook, où on l'aperçoit allongé sur ce qui semble être une civière, avec un masque à oxygène et un bandage autour de la tête. Il écrit qu'il a eu une vilaine chute mais qu'il est «ok», tout en incitant au port du casque.

En début de soirée, M. Garneau a ajouté une nouvelle photo où on le voit à l'hôpital, souriant et faisant le signe de «peace», indiquant : «ça va aller, merci pour les bons mots, merci à mon casque!»

Selon Radio-Canada, le cycliste a subi une commotion cérébrale et un de ses poumons a été perforé. Il a été transporté à l'hôpital de l'Enfant-Jésus.