Aweye Manon! a attiré un lot de curieux en début d'après-midi dans la rue Principale de Granby.

Le festival Le Loufoque tient ses promesses

Avec des milliers de festivaliers ayant profité des dizaines d’activités à la programmation, la première mouture du festival Le Loufoque a prouvé sa pertinence, aux yeux des organisateurs.

Il y avait foule samedi et dimanche au « drôle de festival » Le Loufoque. De vendredi à dimanche, Granby a été cirque, mais aussi burlesque, magique et humoristique. 

« Il y a pas mal de monde qui ont eu un week-end occupé à cause du Loufoque, c’était vraiment l’événement ! » assure Jean-Olivier Grégoire Fillion, coordonnateur à la vie communautaire chez Vie culturelle et communautaire de Granby (VCCG).

L’animation de rue, les événements gratuits et les activités ouvertes à tous ont attiré de nombreux visiteurs, mais également les spectacles payants qui ont presque tous affiché complet.

Les spectacles burlesques présentés à l’hôtel de ville — élément fort de la programmation — ont tous fait salle comble.

« Il y a même certains spectacles où les gens ont assisté debout entre les deux portes parce qu’il n’y avait plus de places assisses », illustre Jean-Olivier Grégoire Fillion.

Succès surprenant

Le succès du Loufoque a même un peu surprit les organisateurs qui ne s’attendaient pas à voir déambuler autant d’enthousiastes.

« Organiser un festival comme ça à Montréal ou à Québec ce ne serait pas trop inquiétant, on sait qu’il y a un public pour ça, mais à Granby c’était une surprise. Il n’y a rien de comparable dans des villes de tailles semblables dans les environs », ajoute M. Grégoire Fillion. 

Pour toute la famille

Avec sa programmation parfois osée, souvent rassembleuse, le Loufoque a su réunir les générations. Le bingo animé par une drag queen le premier soir du festival a particulièrement illustré cet intérêt multigénérationnel.

Samedi après-midi, la performance de Aweye Manon ! devant le Presse Café a séduit les festivaliers de tous les âges.

La comédienne qui interprétait le rôle-titre du spectacle a surpris les spectateurs, qui s’étaient arrêtés à proximité des installations acrobatiques, en marquant son arrivée de grands cris hystériques.

Tout droit sortie des années folles, Mademoiselle Manon, de Shawinigan, est arrivée avec sa chaise pliante à la recherche du spectacle duquel elle était finalement la vedette. Ses mimiques, sa gestuelle exubérante et ses acrobaties ont rapidement fait rire de bon cœur petits et grands.

« J’aime bien ! C’est un beau spectacle pour les familles. Globalement, c’est un festival qui fait changement », se réjouissait Diane Fouqué, qui assistait à la présentation de Aweye Manon!.

Humour d’avant-garde

Dans ce festival déjanté, certaines propositions plus classiques ont également intéressé le public, tels que les spectacles d’humour présentés samedi et dimanche à l’église St-Georges.

« Nous avions un peu peur puisque les billets ne se sont pas vendus rapidement, mais finalement, toutes les représentations se sont faîtes devant un public d’une centaine de personnes », assure M. Grégoire Fillion

Dimanche, les amateurs d’humour ont eu droit à une brochette de comédiens de la relève avec Jean-Michel Martel, Pascal Cameron et Philippe-Audrey Larrue St-Jacques — ce dernier étant le plus connu grâce à son rôle dans la série Like-moi.

Ce dernier au « nom plus long que l’alphabet », de ses propres mots, a servi son humour plutôt intellectuel en costume deux pièces. La proposition des trois comédiens a déclenché quelques rires, mais n’a pas semblé convaincre la foule réunie dimanche après-midi.