La directrice générale du Centre de soutien au réseau familial, Suzanne Tardif, invite les gens à donner un dernier coup de pouce au projet de Maison de soutien aux aidants.

Le difficile pari du Centre de soutien au réseau familial

Les gens de la région de Granby veulent-ils avoir une maison qui regroupe une foule de services offerts aux aidants naturels? Sont-ils prêts à donner un dernier coup de pouce au Centre de soutien au réseau familial?
La directrice générale du Centre, Suzanne Tardif, reste optimiste, même si l'organisme et les entreprises d'économie sociale qu'il chapeaute vivent des moments difficiles.
En fait, il manque environ 300 000$ pour assurer la pérennité de la ressource dans l'immense bâtiment acquis coin Paré et York qui abritait autrefois le commerce Tissus Réjean Parent.
C'est que des tuiles n'ont pas cessé de tomber, les mauvaises nouvelles de s'accumuler, alors que certaines promesses de dons ne se sont toujours pas matérialisées.
Le Centre avait constitué un bas de laine de plus de 400 000$ au fil des ans en souhaitant réaliser son rêve de regrouper sous le même toit tous les services offerts aux aidants et aidés dans la Haute-Yamaska. Le conseil d'administration a décidé de passer à l'acte et de devenir propriétaire l'été dernier.
Selon Suzanne Tardif, une subvention dans le cadre du programme d'infrastructures Québec-Municipalités d'environ 300 000$ leur était assurée: ils n'en ont toujours pas vu la couleur. Le deuxième étage du bâtiment aurait pu loger d'autres organismes dans la foulée de la Maison du communautaire qui ne s'est finalement pas matérialisée. Un ascenseur était même prévu à cette fin.
À lire dans l'édition de jeudi