Luc Berthold, député conservateur dans Mégantic-L’Érable, était de passage à Granby pour rencontrer un groupe de citoyens et la direction d’Aliments Ultima, vendredi.

Le député conservateur Luc Berthold en tournée

Les onze députés conservateurs au Québec sont en tournée dans la province afin de vérifier l’intérêt des citoyens pour les idées proposées par leur parti. Luc Berthold, député de Mégantic-L’Érable, était de passage à Granby, vendredi.

« C’est une offensive de charme du Parti conservateur du Canada (PCC) auprès des Québécois, souligne M. Berthold. Le but de notre tournée est de démontrer que le parti est une alternative sérieuse pour le Québec lors des prochaines élections fédérales. Ce qu’on veut, c’est tâter le pouls des Québécois sur la prochaine plateforme électorale qu’on va mettre en place. »

Luc Berthold avoue profiter des problèmes éprouvés au Bloc québécois pour tenter de positionner le PCC comme l’alternative qui donnera plus de pouvoirs au gouvernement provincial, s’il est porté au pouvoir en 2019, rappelant au passage que c’est son parti qui a reconnu la nation du Québec. Il donne en exemple la politique culturelle canadienne, qui pourrait, selon lui, donner une plus grande liberté au Québec.

Une quinzaine de personnes de plusieurs horizons politiques ont été rencontrées sur l’heure du midi dans un restaurant de Granby.

« On a parlé du gouvernement fédéral, on a regardé comment ils voyaient le Parti conservateur, comment ils voyaient le Parti libéral et tout ce qui se déroule avec le Bloc. J’ai eu beaucoup de commentaires sur Justin Trudeau, qui ne fait plus l’unanimité, même auprès d’anciens membres libéraux. C’est étonnant de voir à quel point M. Trudeau a réussi à déplaire à beaucoup de gens. Ce que nous on leur dit, c’est qu’on va présenter un programme qui va être intéressant dans lequel ils vont se retrouver. Il y a des gens qui nous ont donné des opinions, qui sont très contents du virage qu’on fait pour desservir le Québec. »

Les yogourts et l’étiquetage
Avant cette rencontre citoyenne, le vice-président du Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire s’est dirigé chez les installations d’Aliments Ultima pour y rencontrer le directeur de l’usine de production de yogourt et le président d’Agropur.

Il avait l’intention de discuter du projet de Santé Canada concernant l’étiquetage sur le devant des produits alimentaires lorsque ceux-ci présentent un certain taux de sodium, de sucre et de gras saturés.

Selon M. Berthold, cette mesure pourrait envoyer un mauvais signal à la population si un avertissement de gras est apposé sur un yogourt et que rien n’est affiché sur les boissons gazeuses diète qui contiennent un substitut de sucre.

Le sujet a effectivement été abordé par les gens d’Aliments Ultima. Le projet « peut causer un tort très très grave à l’industrie du yogourt. Ils estiment que ce n’est pas normal qu’un yogourt soit étiqueté comme un produit potentiellement à risque pour la santé ».

Cette proposition de Santé Canada a été déposée en 2016 et n’est pas allée plus loin pour le moment. Le député conservateur déplore que les producteurs d’aliments comme le yogourt ne soient pas consultés, tout comme ils ne le sont pas pour la refonte du Guide alimentaire canadien.

Celui-ci préoccupe aussi les dirigeants d’Aliments Ultima, rapporte le député. « Ils ne comprennent pas la tendance végétalienne que semble vouloir prendre le gouvernement. Pour le maintien de leur entreprise, ce sont des éléments qu’ils considèrent essentiels. »

Conseil général à Saint-Hyacinthe
Le député de Mégantic-L’Érable préside par ailleurs le comité organisateur du tout premier conseil général du caucus québécois du PCC, qui se tiendra à Saint-Hyacinthe les 12 et 13 mai. Environ 400 membres et sympathisants sont attendus.

Le thème est « une alternative sérieuse pour le Québec », précise M. Berthold. « Le chef Andrew Scheer va faire un discours dimanche midi, il y aura un atelier sur les médias numériques, un panel de journalistes et l’étude des résolutions de différentes associations en vue de notre congrès du mois d’août. »

L’objectif est de mobiliser les troupes pour établir les grandes lignes politiques qui pourraient attirer le vote des Québécois aux élections de 2019. Ces idées devraient être incorporées au programme du parti durant le congrès national de cet été, à Halifax.